Archives du mot-clé Joi

Big K.R.I.T. « 4eva is a mighty long time » @@@@½


Après deux brillants albums en major, les indispensables Live from the Underground et Cadillactica, Big K.R.I.T. a mis fin en 2016 à sa collaboration avec le géant Def Jam mais n’ayez aucune inquiétude. Comme pour Joey Bada$$ avec All-AmeriKKKan Bada$$ ce début d’année, ce retour par la case indépendant a eu des effets bénéfiques et n’a en rien sapé sa popularité ni sa créativité. Preuve en est avec le stellaire 4eva Is a Mighty Long Time.

Lire l’article complet sur SURLmag →

Run the Jewels « RTJ3 » @@@@½


Rien de tel qu’un album de Run The Jewels sous la sapin de Noël pour conclure une année 2016… mortelle. Chouette cadeau de la part du meilleur tandem rap de ces dernières années Jaime & Mike, et gratuitement pour le digital, comme à leur habitude.  Réaction à chaud -> :emoji feu::emoji feu::emoji feu:

C’est là pour télécharger gratuitement →

Lire la suite Run the Jewels « RTJ3 » @@@@½

Zo! « SkyBreak » @@@@


Parmi les compositeurs de la petite maison individuelle Foreign Exchange Music, il y a le co-fondateur Nicolay et un certain Zo! (avec le point d’exclamation). Ce compositeur-musicien méconnu est un des piliers de l’identité sonore du label de la moitié des Foreign Exchange et ex-Little Brother, Phonte Coleman. Les spécialistes qui le connaissent bien gardent encore en mémoire l’EP génial Zo! & Tigallo Love the 80s en 2008 et le très bon projet ManMade qui est très représentatif de son style, c’est-à-dire une musique soul très design et clean. SkyBreak s’inscrit dans cette continuité.

Lire la suite Zo! « SkyBreak » @@@@

DJ Quik « The Midnight Life » @@@½


David Blake, 44 ans, véritable légende vivante du rap westcoast, vient de signer son neuvième album The Midnight Life sur son label Mad Science Recordings. Pour être franc, cet album n’est pas du niveau de The Book of David qui avait mis la barre très haut en 2011, mais il distille de savoureuses mélodies tempérées et des beats laid-back typiques. On va bien finir par connaître son secret de longévité.

Lire la suite DJ Quik « The Midnight Life » @@@½

Big Boi « Sir Lucious Left Foot : The Son of Chico Dusty » @@@@½


S’ils n’avaient pas rencontré le chemin de Antonio ‘L.A.’ Reid, personne n’aurait connu l’un des meilleurs de groupe de hip-hop du monde : les OutKast. Si Big Boi n’avait pas recroisé le chemin d’Antonio ‘LA’ Reid seize ans après, son album solo n’aurait sans doute pas vu le jour avant un bon bout de temps, ou alors pas sous sa forme actuelle. Une rencontre providentielle.

Lorsque la moitié street des Outkast présente son album chez Jive Records, Sir Lucious Left Foot, son second opus solo (en comptant Speakerboxx qui était complété par l’album jumeau d’Andre 3000 The Love Below), les dirigeants de la maison de disque ne savent pas comment le marketer, car trop original? Frustré par la situation, Big Boi retrouve alors ‘LA’ Reid, l’homme qui avait signé les OutKast sur LaFace Records à leurs jeunes débuts. L’actuel dirigeant d’Island Def Jam écoute le fameux album et propose sans sourciller au rappeur de signer chez Def Jam. Parce que Sir Lucious Left Foot : The Son of Chico Dusty est une bombe atomique.

Lire la suite Big Boi « Sir Lucious Left Foot : The Son of Chico Dusty » @@@@½

Sleepy Brown « Mr. Brown » @@@½


On n’en pouvait plus d’attendre le premier solo de Sleepy Brown depuis son terrible single « I Can’t Wait » sorti il y a bientôt trois ans sur la BO de Barbershop 2. It’s been a long time coming, comme qui dirait. Pourtant le chanteur d’Atlanta a eu le temps de mûrir depuis ses débuts sur le refrain de « Player’s Ball » en 94, le tout premier hit des Outkast dont il se plaît d’être leur troisième homme. Crooner à la voix satinée, en plus producteur au sein des fameux Organized Noise et par défaut membre de la Dungeon Family, on doit à Sleepy Brown des apparitions remarquables et immanquables comme sur « SpootieOttieDopaliscious » des ‘Kast et l’incontournable « The Way You Move », sans compter ses multiples participations aux côtés de l’ami Big Boi sur la bande-originale deIdlewild. Impossible de le louper, et pourtant son essai nommé Mr. Brown (Purple Ribbon Ent./EMI-Virgin) n’a pas su créer l’événement malgré les coups d’éclats de notre gentleman.

Chronique originale écrite le 11 Décembre 2006

Lire la suite Sleepy Brown « Mr. Brown » @@@½