Masta Ace « A Long Hot Summer » @@@@@


New York avait connu un « pré-âge d’or » avec le Juice Crew, le super-groupe de rappeurs d’élite composé de Kool G Rap, Big Daddy Kane, Biz Markie, Craig G, Marley Marl… et le jeune Masta Ace. Trente ans dans le game, et tout comme ses confrères, le MC du Queens a préféré rester fidèle à la rue plutôt qu’aux joies des strass et paillettes du rap facile. Cinquième et dernier album de sa carrière de rappeur, A Long Hot Summer n’avait pas le droit d’achever sa discographie en queue de poisson, surtout quand on sait que Ace a quelques classiques à son actif. Souvenez-vous de cet été 2004…

Chronique écrite en 2004 revue en 2016

Lire la suite Masta Ace « A Long Hot Summer » @@@@@

Goodie Mob « One Monkey Don’t Stop No Show » @@@@


Synopsis. Avec les Outkast, les quatre Goodie Mob ont évolué sur la scène d’Atlanta avec la Dungeon Family. Avec trois albums à leur actif, c’est en 2002 que le co-fondateur, Cee-Lo, décide de poursuivre sa carrière en solo mettant le groupe en stand-by. Mais T-Mo, Khujo et Big Gipp n’ont pas lâché l’affaire et souhaitaient poursuivre leur bonhomme de chemin, sans lui. Des tensions commençaient à ressurgir et la situation allait tourner au beef général entre le trio dur et Cee Lo Green. D’ailleurs, ce dernier n’a pas manquer de laver son linge sale en public sur « Scrap Metal » (extrait de Cee Lo Green Is The Soul Machine), faisant vent de toutes les critiques qu’il a enduré jusque-là. C’est alors que d’une certaine manière répondent les Goodies avec One Monkey Don’t Stop No Show, où vous devinerez bien que le ‘monkey’ en question est bien entendu Mr Green… Et il était crucial de savoir si la perte de ce membre éminent n’allait pas détériorer le style décalé des Goodie Mob.

Chronique écrite en 2004 revue en Novembre 2016

Lire la suite Goodie Mob « One Monkey Don’t Stop No Show » @@@@

The UN « UN or U Out » @@@@½


The UN fut un crew de Long Island situé plus précisément à Uniondale, composé de Brave, Laku, Mic Raw et Rock Marcy. Ce dernier, plus connu sous l’alias Roc Marciano, a fait un temps partie du Flipmode Squad où il avait remplacé Lord Have Mercy. On le retrouvais d’ailleurs en featuring sur l’album de Busta Rhymes Anarchy (la track « The Heist » avec également Ghostface Killah et Raekwon). Aujourd’hui son nom est devenu très fameux, c’est un fait. Le groupe devait signer sur Loud Records, mais le label allait fermer boutique, ils rebondirent donc sur 456 Entertainment pour sortir leur premier et unique ouvrage en 2004, UN or U Out.

Lire la suite The UN « UN or U Out » @@@@½

Brand Nubian « Fire in the Hole » @@@


C’est toujours la même avec les vieux. Ca reste assis sur un banc à raconter sa vie à ses petits enfants qui de toute façon ne les écoutent pas sauf quand ils leur tendent un peu de monnaie. Ca radote à longueur de journée en se remémorant les bons moments, ah la bonne époque, vivant dans leur propre nostalgie. Ils aimeraient bien que les jeunes d’aujourd’hui suivent leur voie, c’est pourquoi ils jouent les pédagogues ‘has been’ et râlant sur la jeunesse délinquante sans avenir aspirant à une vie facile et dangereuse.

Lire la suite Brand Nubian « Fire in the Hole » @@@

Brandy « Afrodisiac » @@@½


Aphrodisiaque : adj et n.m. Se dit d’une substance qui est censée, créer et stimuler le désir sexuel. (Cf Le Petit Larousse illustré). Exemple : le nouvel album de Brandy est un très bon Afrodisiac en soirée. Et pour créer d’autant plus la surprise, elle s’est délestée de son mentor Rodney Jerkins des DarkChild pour se tourner vers une autre pointure de la musique r&b : Timbaland. Le même qui a contribué à la carrière de Jodeci, Missy Elliott, Aaliyah, Ginuwine, 702 et j’en passe…

Chronique écrite été 2004 revue en Novembre 2016

Lire la suite Brandy « Afrodisiac » @@@½

Shyne « Godfather Buried Alive » @@@@


Shyne, la ‘copie’ de Notorious BIG, le gangster martyr de Brooklyn, l’adepte de la zonzon depuis l’âge de quatorze ans, le même qui a purgé une peine de dix ans d’emprisonnement pour avoir ouvert le feu dans une boîte de nuit et reconnu coupable afin de sauver la peau de son mécène P Diddy… Sombre histoire.

Sa carrière aurait pu s’arrêter net avec au compteur un album éponyme qui n’a pas fait l’unanimité (ni atteint le statut de platine qui lui était destiné). Controversé ou adulé, Shyne ne laissait personne indifférent, au point d’être le sujet des convoitises des gros labels du rap après avoir été ‘licencié’ (pour être poli) par Bad Boy Records. C’est Def Jam Recordings qui raflera la signature en proposant le contrat le plus juteux (on parlait d’un montant avec un 3 suivi de 6 zéros).

Lire la suite Shyne « Godfather Buried Alive » @@@@

Ma$e « Welcome Back » @@


À la fin de la dernière décennie, Ma$e, c’était des tubes à la pelle à coup de samples grillés et des albums pas terribles. Avant qu’il devienne pasteur, c’était la poule aux œufs d’or de Bad Boy : ses albums vendaient, malgré leur médiocrité, et tout le monde dansait sur ses singles en crachant dessus. Ensuite, coup de théâtre, juste après son dernier gros hit « Get Ready » (sorti en 1999) avec les Blackstreet, il se retire du rap game (on a déjà entendu ça quelque part…) pour s’adonner à la vie pastorale. Re-coup de théâtre, il y a quelques semaines, Ma$e annonçait son retour, et pour preuve, il enregistre « Welcome Back » avec Kanye West. Le succès est immédiat et l’engouement est à son comble, tout le monde se remet à apprécier sa petite bouille. Et comme dit l’expression, il faut battre le fer tant qu’il est chaud. Dans la lancée, il sort donc son 3e album titré comme son dernier single. Bon retour dans le rap game. Alleluia!

Note : quelle blague! Cet album du retour était wack au possible. Pour se racheter une crédibilité, Ma$e a trompé Puffy pour 50 Cent en rejoignant où il y sortira une mixtape et quelques apparitions… Il sombrera à nouveau dans l’anonymat vers 2006-2007, pire que lorsqu’il a décidé de devenir pasteur.

Lire la suite Ma$e « Welcome Back » @@

N*E*R*D « Fly Or Die » @@@@½


Après le délire trip skater expérimental rap/rock/electro/pop d’In Search Of… et la version live nerveux très bien orchestrée qui en a découlé, sortait en 2004 Fly Or Die, la suite très attendue. Vu l’originalité du groupe, formé des Neptunes et de leur ami d’enfance Shay Haley, il ne fallait pas s’attendre à une suite sans consistance ou prévisible, mais plutôt anticiper « l’in-entendu ». Bien vu (ou entendu, c’est selon), car cet album est aussi déroutant que le premier opus ! Un genre nouveau est-il définitivement né ? Si ça ne tenait qu’à moi, on appellerait cela du hip hop progressif…

Lire la suite N*E*R*D « Fly Or Die » @@@@½

Beastie Boys « To The 5 Boroughs » @@@@


« Ch-Check It Out ! » Ouvrez bien vos oreilles. L’heure de la retraite des Beastie Boys n’a pas encore sonné. Après près de vingt ans dans le milieu du Hip Hop et autant de titres d’anthologie, nos trois gais lurons new-yorkais n’avaient pas encore dit leurs derniers mots depuis leur dernier single « Alive« , un morceau inédit qui accompagnait leur double best-of Sounds of Science. Et croyez bien que depuis le temps, MCA, Mike D et Ad Rock n’ont absolument pas perdu de leur jeunesse et ni leur authenticité. Et pour ceux qui les pensaient morts et enterrés : ‘And if you don’t like it, hey fuck you !’

Chronique originale écrite en Juin 2004

Lire la suite Beastie Boys « To The 5 Boroughs » @@@@

Dilated Peoples « Neighborhood Watch » @@@@


Sur la Westcoast, lorsqu’on ne fait pas du G Funk, il est très difficile de se faire entendre. Mis à part le récent succès des Black Eyes Peas (avec Fergie), la scène ‘leftcoast’ aspirant à un hip hop plus originel est comme son nom peut sous-entendre par un jeu de mot, laissée de côté. Pourtant elle est florissante, il suffit de penser aux Pharcyde, Jurassic 5, Living Legends, etc… Les Dilated People en font partie, et leur troisième album Neighborhood Watch revendique encore plus cette prise de position.

Chronique originale écrite en Avril 2004 revue en Novembre 2016

Lire la suite Dilated Peoples « Neighborhood Watch » @@@@

Murs « Murs 3:16 – The 9th Edition » @@@@


C’est la rencontre d’un talentueux rappeur et d’un surdoué de la production, tous deux indépendants : le californien Murs des Living Legends s’est associé avec le beatmaker de Caroline du Nord, 9th Wonder de Little Brother. C’est la rencontre de deux mondes différents, de deux côtes opposées presque. Le résultat ne peut naturellement qu’être de haute qualité. Murs a un don d’écriture proche de l’humour noir, capable de faire quelques jolies acrobaties avec son flow. 9th Wonder quant à lui n’est pas qu’un simple guest, sinon le titre de l’album serait Murs featuring 9th Wonder. Non c’est bien plus que cela car en tant que producteur, c’est un réel métronome s’exprimant par ses beats dopes très inspirés des DJ Premier ou Pete Rock.

Murs 3:16 paru chez Def Jux (label d’El-P) était le début d’une longue saga de Murs & 9th Wonder.

Chronique écrite en 2004 revue en 2016

Lire la suite Murs « Murs 3:16 – The 9th Edition » @@@@

8Ball & MJG « Living Legends » @@@@


Que savez-vous sur le Dirty South Master P et No Limit, Big Tymerz et les Ca$h Money Millionnaires, les OutKast, ou plus récemment Ludacris, T.I. et les Lil Jon & The Eastside Boyz? Et le légendaire duo 8Ball & MJG? Chez certains, cette « perfect combination » ne sont que des rappeurs de featurings ou des gloires locales. Chez les plus connaisseurs adeptes du pimp rap, ce sont des vrais représentants du son crâde du sud, de Memphis pour être exact, ce depuis plus de dix ans, au même titre que les Three 6 Mafia, avec des classiques du genre comme Comin’ Out Hard leur premier album ou bien Top of the World.

Maintenant signés sur Bad Boy South, nouvelle succursale régionale de Bad Boy Records, le combo allait enfin peut-être atteindre la consécration de platine tant méritée. L’intro commence… « To be or not to be? That’s the question… »

Chronique originale écrite en Avril 2004

Lire la suite 8Ball & MJG « Living Legends » @@@@

Cee-Lo Green « … Is The Soul Machine » @@@@


Suite des aventures de notre ATLien Cee Lo en solo. L’ex-leader des Goodie Mob va tenter avec cet opus de repousser les limites du hip hop, déjà explorées par Andre3000 et Big Boi des Outkast avec ‘Speakerboxxx & The Love Below‘ sorti quelques mois plus tôt. Et ‘Cee-Lo Green is the Soul Machine’ est un cocktail incroyable de soul, funk, rap, rock, electro presque parfait. Plus recherché peut-être, mais surtout plus de moyens, d’invités et quelques producteurs renommés, en se gardant tout de même la moitié la réalisation de son disque. Une ouverture aux autres qui n’est peut-être pas sans risque.

chronique originale écrite en Mars 2004

Lire la suite Cee-Lo Green « … Is The Soul Machine » @@@@

Young Gunz « Tough Luv » @@@1/2


2003 et 2004 ont été les plus glorieuses années de Roc A Fella : la bombe Philadelphia Freeway a marqué les esprits, Jay-Z a sorti son ‘dernier’ album (avant sa fausse retraite anticipée…), Memphis Bleek a opéré son retour dans les bacs avec M.A.D.E., Kanye West a sorti son premier classique College Dropout, en attendant que Cam’Ron sorte son Purple Haze. Il y avait aussi les M.O.P., ODB, NORE et Beanie Siegel qui allaient bientôt entretenir cette pluie de missiles à leur tour… Ou pas du tout. Car comme vous le savez tous, 2004 a été le début de la fin de la dynastie Roc A Fella Records, tout l’empire s’est écroulé puis dilapidé entre Jigga et Dame Dash. Triste chute… Les Young Gunz étaient parmi les derniers à profiter de la suprématie du label.

Lire la suite Young Gunz « Tough Luv » @@@1/2

Knock Turn’Al « The Way I Am » @@@½


Rarement un rappeur Westcoast n’avait connu au début des années 2000 une telle exposition, un tel buzz depuis Snoop Dogg en 1992. The Way I Am était l’un des albums Westcoast les plus attendus de ce début d’année 2004, mais le rendez-vous a été manqué. Comment en est-on arrivé là ? Retour en arrière…

chronique originale écrite en Mars 2004

Lire la suite Knock Turn’Al « The Way I Am » @@@½

Chroniques Rap, Soul/R&B, Electro…

%d blogueurs aiment cette page :