Cam’Ron « Purple Haze » @@@


Bonjour les chéris, bienvenue dans le monde de la panthère rose de Harlem ‘Purple Haze‘! :) Fini d’attendre ce 2e disque de Cam’Ron estampillé Roc A Fella, repoussé moult fois pour cause de bootleging.

Retrospectivement, j’ai un peu honte de cette chronique écrite fin 2004 (et que j’ai quasi pas retouchée).

Lire la suite Cam’Ron « Purple Haze » @@@

Lil Jon & The Eastside Boyz « Crunk Juice » @@@@@


SaLut leS AMinChes! Lil JoN çA VouS DiT QueLQuecHoSe? Ce MeC QuI GueuLe A Tout Va Des ‘YEAAaAaH’, ‘What?!?’ et ‘OkAyYy’ La BouChe PlaTinEe TouJourS GrAnde OuvErte, SeS GroSsEs LuNEtteS NoiRes eT SeS GroSses DreAds BienS CradoS. LiL Jon C’eSt AuSsi Le ProDuCteuR le Plus GroS VenDeUr De DisQueS en IndéPenDAnt avEc 2 MillIonS d’eXempLAires de ‘KinG Of CRunK’ OuaAAaAAais! C’eSt AuSsI Le HiTCluBber le Plus DeManDé De La PlanèTe aVec PhArreLl. GrAce A Son Tube « Yeah » Avec UshEr, Jon jOuiT DéSormAis D’Un SucCès InTerNatioNAl Sans EquiVoque! CooOoOol!

Chronique originale écrite en Novembre 2004

Lire la suite Lil Jon & The Eastside Boyz « Crunk Juice » @@@@@

Snoop Dogg « R&G (Rhythm & Gangsta) : The Masterpiece » @@@@


Ce 7e album du chien de Long Beach, c’est du R&G. R&B Westcoast? Gangsta soul? G Funk moderne? Non, c’est du Rhythm & Gangsta. Ce n’est pas non plus un album de l’acabit de ‘Doggystyle’ ou ‘Tha Last Meal’ mais un essai tout différent de ce qu’il a faut jusque maintenant. Des craintes persistaient aussi depuis ‘Paid Tha Cost’ où Snoop Dogg avait pris une tournure moins gangsta au sens propre, évoluant vers un style plus pimpisé. C’est l’heure de faire les comptes aussi…

Chronique originale écrite en Novembre 2004 sur Rap2K.com, avec quelques modifications.

Lire la suite Snoop Dogg « R&G (Rhythm & Gangsta) : The Masterpiece » @@@@

Fabolous « Real Talk » @@@@


A tous ceux et celles qui s’étaient endormis à la moitié de ‘Street Dreams‘, c’était l’heure de se réveiller car Fabolous sortait enfin les crocs. Avec ‘Real Talk‘, le rappeur était carrément en passe de piquer la vedette à des poids lourds confirmés tels que Jadakiss, Fat Joe, Mobb Deep, Method Man, etc… pour représenter la Eastcoast cette année 2004. Son premier single « Breathe« , c’était déjà quelque chose mais ce n’était rien comparé au reste. Pour disséquer ce troisième album de Fabo, j’avais à l’époque réaliser plusieurs catégories montrant les différentes facettes du disque.

Chronique écrite en 2004 revue en 2016

Lire la suite Fabolous « Real Talk » @@@@

Xzibit « Weapons of Mass Destruction » @@@½


Après avoir été accompagné au cercle fermé des rappeurs platines grâce à Dr Dre, Xzibit a suivi son bonhomme de chemin en tant que rappeur international. Définitivement promu en tant que figure de proue de la côte ouest, le plus Eastcoast des rappeurs Westcoast a sabordé la fin de l’année 2004 avec ‘Weapons Of Mass Destruction‘, son cinquième album, mais sans l’apport bénéfique du docteur: X to the Z reprend sa destinée entre ses propres mains.

Chronique rédigée en Décembre 2004 revue Décembre 2015.

Lire la suite Xzibit « Weapons of Mass Destruction » @@@½

Eminem « Encore » @@@@


Cher Marshall

Voilà je me décide enfin à t’écrire 3 ans après que mon frère Stan et sa copine ont eu leur accident. Maintenant j’suis dans un orphelinat de merde, enfin j’dis maintenant parce que j’ai plusieurs fois fugué de chez mes connards de parents d’adoption et donc après ils m’ont ramené à la case départ.

Chronique originale écrite le 16 Novembre 2004 sur Rap2K

Lire la suite Eminem « Encore » @@@@

Ja Rule « R.U.L.E. » @@@½


Tha rule was back. Les genoux à terre après deux échecs consécutifs (l’affreux Last Temptation et Blood in my Eyes) et une campagne de dénigrement par le rouleau-compresseur Shady/G Unit/Aftermath, Ja Rule parvint à relever la tête. Merci 50 Cent sans qui notre rappeur de n’aurait pas donné le meilleur de lui-même sur ce sixième album sobrement appelé ‘R.U.L.E.‘, pour que ce soit bien écrit en gros au vu de tous. Tant pis pour les haters qui pensaient que la carrière de Jeffrey Atkins était six pieds sous terre.

Chronique écrite en 2004 revue en 2016

Lire la suite Ja Rule « R.U.L.E. » @@@½

T.I. « Urban Legend » @@@@½


Le beef entre T.I. et Ludacris fut un des grands épisodes rap sudiste de l’été 2004. On garde tous en mémoire « Stomp » sur l’album de Young Buck (Straight Outta Ca$hville) où les deux protagonistes se sont affrontés verbalement sur les différentes version de ce morceau véner’, et c’est finalement Luda a eu le dernier mot sur l’auto-proclamé King Of South avec « Stay off the TIP of my dick ».

Non content de ce coup de revers, le jeune T.I. (24 ans à l’époque) a mis les bouchées doubles avec Urban Legend son troisième LP, pour se mesurer aux prochaines sorties de Ludacris et Lil Flip, son autre Nemesis sur le terrain Dirty South mainstream. Il faut dire que le rappeur avait la rage puisqu’il venait de vivre peu avant son premier épisode pénitencier. Par conséquent, la liste des producteurs est impressionnante pour l’époque : le roi du crunk Lil Jon, The Neptunes qui l’aident depuis I’m Serious, Jazze Pha, Mannie Fresh et KLC pour la touche Nouvelle-Orléans, Daz Dillinger (« My Life« ), Scott Storch, David Banner, Swizz Beatz… La liste-A comme disent les cairns. Moins d’invités mais non des moindres : Nelly, Lil Kim, Trick Daddy, B.G., Lil Wayne quand il n’était pas devenu l’alien qu’il est aujourd’hui, etc… Certes T.I. a mis un peu de côté la trap music qu’il a initié avec ses deux premiers opus dans le but affirmée de faire un putsch en se donnant les moyens de ses ambitions.

Chronique originale écrite en Novembre 2004.

Lire la suite T.I. « Urban Legend » @@@@½

Nas « Street’s Disciple » @@@@1/2


Comme tout le monde, je me demandais si un jour Nas allait être capable de concevoir un nouveau classique de la trempe de IllMatic. Jusque là, il n’y est pas arrivé jusqu’au bout. It Was Written fut un grand cru millésimé vivement recommandé qui a permis à Nas d’acquérir un succès commercial et une exposition mondiale, les deux albums d’après on laisse tomber,… ensuite, StillMatic, son album du renouveau, s’en est le plus possible approché, et God’s Son était assez particulier et inégal même si c’était un sacré gros disque aussi. Il faut dire que le decès de la mère de Nas y était peut-être pour quelque chose. Du coup, je me suis fais une raison. Après tout, il faut continuer d’évoluer au lieu de retenter sa chance à créer une oeuvre semblable à son premier coup de maître.

Je me souviens encore comme si c’était hier de ce 2 Décembre 2004 où je me suis procuré ce double-album Street’s Disciple à la Fnac Bellecour de Lyon, avec l’intime impression d’être comblé. L’excitation avait commencer à me submerger lorsque je lisais dans les revues de presse que son septième disque était un classique avant l’heure. En aucun cas j’ai eu l’idée de le télécharger au préalable, je me suis senti comme moralement poussé par son achat. Je me rappelle l’avoir écouté tard le soir, jusqu’à une heure du matin, dans ces eaux-là. Et le lendemain après-midi, la chronique était prête à la parution sur Rap2K, tellement j’ai été subjugué par ce fabuleux album.

Lire la suite Nas « Street’s Disciple » @@@@1/2

R Kelly & Jay-Z « 2004: Unfinished Business » @@@


‘Unfinished Business’ aka ‘The Return Of Best Of Both Worlds’! La surprise de l’année. À la base, un ‘Best of Both Worlds 2’ était prévu avec Baby aka Birdman des Big Tymers. Qu’en est-il advenu? Nous n’en savons rien… Ensuite celà devait être une réédition du premier album du duo R Kelly & Jay-Z avec quelques inédits, et finalement non. ‘Unfinished Business‘ (le même titre que le 2e album des EPMD) est bien un tout nouvel album! Jay-Z a mis sa retraite anticipée en stand-by pour ressortir une suite à son aventure avec le chanteur r&b avec qui il s’est réconcilié après avoir l’abandonné à son sort avec des démêlés judiciaires. Un mini-coup de théâtre en quelques sortes… Enfin bon, c’était tout de même prévisible!

Lire la suite R Kelly & Jay-Z « 2004: Unfinished Business » @@@

L.E.G.A.C.Y. « Project Mayhem » @@@@½


« Life Ends Gradually And Changes You », voilà la seconde signification de l’acronyme L.E.G.A.C.Y.. MC évoluant au sein de la Justus League, il a fait ses classes sur l’EP ‘Triple Play’ formant avec Rapper Big Pooh des Little Brother et le duo Away Team, le Hall Of Justus.

Note : j’ai rehaussé la note parce que j’ai eu l’occasion se réécouter cet album et… je le trouvais déjà superbe à sa sortie, je l’ai trouvé encore plus magnifique des années après!

Lire la suite L.E.G.A.C.Y. « Project Mayhem » @@@@½

R Kelly « Happy People/ U Saved Me » @@@@½


Pendant les cinq minutes que vont durer la lecture de cette chronique, faites abstraction du contexte juridique tournant autour de la personne de R Kelly. Ce n’est peut-être qu’une précaution mais il faut savoir que beaucoup d’auditeurs ont jeté tous ses albums à la poubelle depuis que le monde entier a découvert le scandale de ses amourettes avec des adolescentes.

Chronique originale publiée le 12 Novembre 2005 sur Rap2K.

Lire la suite R Kelly « Happy People/ U Saved Me » @@@@½

Nelly « Sweat »/ »Suit » @@½ x2


À une époque pas si lointaine, pour donner plus de prestige à leur discographie ou un tout un tas d’autres raisons, les rappeurs publiaient un double-album (2Pac, Biggie, E-40, Wu-Tang, Jay-Z, Nas…). Les Outkast, eux qui ne faisaient rien comme tout le monde, ont publié deux albums solo dans un même boîtier avec ‘Speakerboxxx & The Love Below’. Pour bien se faire remarquer des autres et sans doute répondre à des volontés commerciales, Nelly a décidé d’enfanter de « faux jumeaux » : ‘Sweat’ et ‘Suit’. On ne parlera donc pas d’un « d’album siamois » (le modèle classique), mais bel et bien de 3e et 4e disques. Vous avez donc sur la super offre promotionnelle, deux albums pour le prix de… deux ! Bref, avec Nelly c’est tout ou rien.

Lire la suite Nelly « Sweat »/ »Suit » @@½ x2

Slum Village « Detroit Deli » @@@@


Quand on parlait de la scène rap de Detroit, les noms qui arrivaient en premier lieu étaient ceux d’Eminem, les D-12, Proof, Royce da 5’9, etc… Pourtant évoluait dans l’ombre le groupe Slum Village, propulsé en 2000 grâce à leur classique Fan-Tas-Tic vol.2 et un second album Trinity qui m’a pas remporté tous les suffrages malgré l’appui d’une major (Capitol). Pour ce troisième album studio (officiellement), les SV connaissaient leur troisième mutation. Avant Trinity, Jay Dee avait quitté Baatin et T3 pour être remplacé par un MC très doué, Elzhi. Sur Trinity, Jay Dee laisse à la place au très doué Elzhi. Là, désormais le trio est devenu un duo puisque Baatin été contraint de stopper le rap (il souffrait de schizophrénie aiguë), peu avant la conception de Detroit Deli. Restaient donc T3 et Elzhi.

Lire la suite Slum Village « Detroit Deli » @@@@

Mobb Deep « Amerikaz Nightmare » @@@


Depuis la défection de Loud Records, les Mobb Deep ont atterri chez Jive, leur nouvelle major d’adoption. Il faut dire qu’avec un contrat juteux de quelques millions de dollars avec leur structure Infamous Records, la réflexion n’a pas pris trop de temps. On s’attendait au pire avec ce sixième album, à cause de ces rumeurs de featurings contestables (50 Cent, Nelly, R Kelly, etc…), les reports de sortie incessants… Infamy avait déjà passé la barrière du ‘crossover’ en invitant des starlettes du r&b tels que 112 ou Lil Mo, qu’allaient-ils nous réserver cette fois ?

Article écrit en 2004 réécrit en 2016

Lire la suite Mobb Deep « Amerikaz Nightmare » @@@

Chroniques Rap, Soul/R&B, Electro…

%d blogueurs aiment cette page :