50 Cent « Power of the Dollar » @@@@


Drogues, clashs, embrouilles, rap, c’était la vie de 50 Cent à la fin du millénaire dernier alors qu’il trimait encore dans SouthSide Queens. Des échos de son fameux talent sont arrivés dans les oreilles des chasseurs de tête de Columbia. ‘Power Of The Dollar’ devait être officiellement le tout premier disque de Curtis Jackson, avant que celui-ci se fasse tirer dessus par neuf fois (ce que raconte l’histoire) – ce qui a entraîné sa rupture de contrat avec la maison de disque.

Lire la suite 50 Cent « Power of the Dollar » @@@@

The Roots « Things Fall Apart » @@@@@


La réputation des The Roots n’est plus à faire, le groupe est parmi les plus respectés du Hip Hop. Leur quatrième oeuvre a été conçue dans leur période Soulquarian, alors que Malik B a quitté la formation et Scott Storch s’affirmait en tant que co-producteur. Pour le reste, on ne change pas une équipe qui gagne : ?uestlove et Black Thought restent toujours et encore inspirés lorsqu’il s’agit de nourrir notre sens auditif et nos méninges. C’est la formule magique ‘Beats, Rhymes & Life’, comme le titre de l’album des A Tribe Called Quest. Un album toujours d’actualité, comme la pochette…

Lire la suite The Roots « Things Fall Apart » @@@@@

Busta Rhymes « E.L.E. (Extinction Level Event) : The Final World Front » @@@@


Troisième chapitre discographique de Busta Rhymes avec ‘E.LE. : The Final World Front‘. Comme chaque année depuis 1996, le leader du Flipmode Squad augure un disque dont les titres laissent présager un malheur imminent. Sorti fin 1998 alors qu’il figurait parmi l’élite des rappeurs new-yorkais, ‘E.L.E.’ annonce la fin d’un cycle, d’un millénaire, ou du monde, d’après Paco Rabanne. Un monde sans futur serait plus juste si l’on s’en tient à l’introduction fort pessimiste. Et cette pochette presque prémonitoire avec cette explosion gigantesque en plein milieu de New-York si on repense aux événements du 11 Septembre. Paradoxalement, cet opus est plu est plutôt mainstream et meilleur que le précédent ‘When Disaster Strikes‘, asseyant définitivement son statut de star internationale et – ironie de l’histoire – lui valant d’être nominé dans la catégorie Meilleur Album Rap aux Grammy Awards… en l’an 2000.

Lire la suite Busta Rhymes « E.L.E. (Extinction Level Event) : The Final World Front » @@@@

Pete Rock « Soul Survivor » @@@@@


Dans la famille ‘albums incontournables de producteurs hip hop légendaires’, je choisis ‘Soul Survivor‘ premier du nom, sorti en 1998, soit quatre ans après le dernier album sorti avec son fidèle acolyte CL Smooth. Inutile de décrire la qualité de sa musique une nouvelle fois pour passer directement à la liste exceptionnelle des invités présents de ce grand classique du Chocolate Boy Wonder gravé dans les mémoires du hip hop.

Lire la suite Pete Rock « Soul Survivor » @@@@@

R Kelly « R. » @@@@@


R, la 18e lettre, cela nous rappelle ce grand morceau de Rakim. R. c’est aussi le plus grand double album du rhythm & blues, si ce n’est le seul. R comme Robert, le prénom du grand R Kelly, le ‘R’ de R&B, celui qui à l’époque était propre de tout jugement, celui qu’on ne considérait que par son immense talent de chanteur/ auteur/ compositeur/ interprète. Au point que Micheal Jackson en personne lui avait demandé ses services pour la chanson « You Are Not Alone ». Et le grand Micheal Jordan pour les besoins de la bande originale de Space Jam, sur laquelle il a écrit ce grand classique « I Believe I Can Fly », orchestrant à merveille cette symphonie de violon et les chœurs gospel. R Kelly faisait partie de la cour des grands, côtoyant les personnalités les plus respectables et idolâtrées de la communauté afro-américaine, mais pas seulement : Hollywood le subventionne pour le troisième volet de Batman, avec la chanson « Gotham City », et il alla jusqu’à attirer les faveurs de Céline Dion pour un duo (pop), « I’m Your Angel ».

Lire la suite R Kelly « R. » @@@@@

Redman « Doc’s Da Name 2000 » @@@@½


Redman est ce trublion complètement barge découvert il y a plus de dix ans par Erick Sermon, la moitié d’EPMD. D’abord DJ reconverti au MCing, « l’homme rouge » est un rappeur énergique et génial capable de dénaturer n’importe quels instrumentaux, ce qui lui a valu la place dans le trio de feu Def Squad avec Keith Murray, mais aussi de faire de surprenants duos avec son comparse Methodman du Wu-Tang.

Lire la suite Redman « Doc’s Da Name 2000 » @@@@½

Jay-Z « Vol.2… Hard Knock Life » @@@@½


Après l’échec consommé et consommable du premier volet, Jay-Z entend bien renouer avec le succès avec ce Volume 2 de la trilogie ‘Life’ moins d’un an. Si Reasonable Doubt, la référence, a connu un immense succès critique, Hard Knock Life est son égal en terme de succès commercial. Les résultats sont colossaux : plus de six millions d’albums vendus à travers le monde (5 fois platine aux US en moins de deux ans), soit plus que la somme des ventes des deux premiers albums, et surtout une victoire au Grammy Awards catégorie Album Rap en 99. Roc A Fella Records devient désormais une usine à hits, un label qui commence à peser de plus en plus lourd. Quant au rappeur, il va pouvoir enfin triompher d’une renommée internationale.

Retrospective écrite en Aout 2004 revue en 2016

Lire la suite Jay-Z « Vol.2… Hard Knock Life » @@@@½

Nate Dogg « G Funk Classics vol.1 & 2 » @@@@©


Avant même d’avoir sorti un album, Nate Dogg était devenu une véritable légende vivante de la Côte Ouest, une valeur sûre dans le rap game, LE crooner hardcore par excellence dont il fallait payer le prix pour un refrain ou un petit couplet teinté de sa voix d’or, un ténor qui a longuement participé à l’essor du G Funk et du gangsta-rap d’une manière générale. Nate était destiné à marquer l’histoire de la musique et sans doute qu’il le ferait encore aujourd’hui si des problèmes cardiaques n’avaient pas eu raison de lui, c’est dire s’il manque.

Chronique rééditée en Septembre 2016

Lire la suite Nate Dogg « G Funk Classics vol.1 & 2 » @@@@©

« Taxi » (bande originale du film) @@@@½


Quel été que cet été 98. L’équipe de France de football fait un triomphe lors de la Coupe du Monde au Stade de France, alors que personne ne les donnait gagnants. C’est grâce à une équipe soudée, consolidée autour du marseillais Zinédine Zidane, et le soutien du public qu’Aimé Jacquet et les Bleus ont pu brandir le trophée un certain 12 Juillet, avançant la date de Fête Nationale de deux jours.

Parallèlement dans les salles obscures, le film Taxi fait un triomphe au cinéma, alors que personne n’aurait parié sur un tandem d’inconnus, Samy Naceri et Frederic Diefenthal. C’est grâce à une 406 blanche tunée dévalant les rues de Marseille, et d’une bonne dose d’humour, que Luc Besson a pu signer un nouveau succès au box-office français. Dans les bacs, la bande originale du film fait également un carton monstre, alors que l’accent a été mis sur des rappeurs marseillais méconnus et d’autres venus de la capitale. Parrainée par le groupe IAM, dirigé par le maître à penser Akhenaton, et le soutien des amateurs de rap français, cette BOF de Taxi a fait platine, soit plus de 300 000ex écoulés en ce temps.

Chronique écrite en Février 2007

Lire la suite « Taxi » (bande originale du film) @@@@½

Outkast « Aquemini » @@@@@


« Even the sun goes down, heroes eventually die/
Horoscopes often lie and sometimes ‘y’/
Nohting is for sure, nothing is for certain/
But until they close the curtain, it’s him & I, Aquemini »

Lire la suite Outkast « Aquemini » @@@@@

DMX « It’s Dark and Hell is Hot » @@@@©


1998 fut l’année de l’avènement d’un artiste estampillé Def Jam : Earl Simmons alias Dark Man X dit DMX. Nouvel élément débarquant directement des caniveaux du Yonkers, il permettait aussi au label de faire un pont plus solide et direct avec la rue, en s’appuyant sur la street credibility de ce pittbull vacciné contre la rage. Une analogie canine récurrente puisque DMX a une voix rauque, grogne et aboie sur ses tracks. Devenu un héros des rues de New York, ce rappeur le plus ‘hot’ de la fin des années 90 sortait un album sombre, chaud comme la braise et crasseux comme la suie: It’s Dark And Hell Is Hot.

Lire la suite DMX « It’s Dark and Hell is Hot » @@@@©

Imhotep « Chroniques de Mars » @@@@½


Dans l’Ancienne Egypte, Imhotep, prêtre et grand architecte, fut l’instigateur de la construction des premières pyramides. 3500 ans plus tard, dans la Cité Phocéenne qui borde l’autre rive de la Méditerranée, la dynastie IAM menée par le pharaon Akhenaton étend son territoire et leur suprématie dans le paysage Hip Hop français depuis leur temple martien. C’est le début de l’ère de L’Ecole du Micro d’Argent.

Les premières années qui ont suivi cette campagne ont été fructueuses, les conquérants des Imperial Asiatic Men ont chacun pris possession de différents domaines d’influence afin d’élargir leur institution : Khéops s’est installé sur la colline mortuaire de Sad Hill, Shurik’n la ville de Marseille (Où je vis), devenue un temps la capitale du rap français, AKH le monde du cinéma (la BO de Taxi) et Freeman L’Palais de Justice. Quant à Imhotep, l’architecte sonore et « tonton » du groupe revient à sa première vocation, l’éducation, afin de former les futurs espoirs marseillais à l’apprentissage du maniement du microphone argenté. L’album est sorti l’année 98, en mars, évidemment (on invente rien).

Chronique originale écrite en Février 2007

Lire la suite Imhotep « Chroniques de Mars » @@@@½

Gang Starr « Moment of Truth » @@@@@©


Gangstarr, c’est d’abord un configuration très basique : un DJ et un MC, en parfaite symbiose. D’un côté, aux platines nous avons l’inoxydable DJ Premier et de l’autre, au micro, le grand maître à penser Guru. C’est grâce à cette alchimie totale entre ces deux hommes que nombreux de leurs albums sont devenus cultes, classiques, jusqu’à atteindre le sommet de leur art avec Moment Of Truth, presque dix ans après leur premier album, No More Mr Nice Guy sorti en 1989.

Chronique originale écrite en 2004

Lire la suite Gang Starr « Moment of Truth » @@@@@©

Big Pun « Capital Punishment » @@@@@


Top. Avec Biggie, il était un « poids lourd » par excellence, un rappeur d’exception, d’environ 200 kilogrammes de lipides. Découvert par Fat Joe, il était en quelque sorte l’élève qui a surpassé le maître, une étoile devenue malheureusement filante puisqu’il nous a quitté le 7 Février 2000, encore très jeune (il n’avait que 28 ans). Malgré une vie trop courte stoppée par un arrêt cardiaque dû à une obésité presque handicapante, le portoricain membre du Terror Squad nous a offert l’un des meilleurs classiques new-yorkais de la fin des nineties avec Capital Punishment. Vous l’avez sûrement deviné, je suis… je suis…? Christopher « Big Punisher » Rios.

Retrospective originale écrite en 2004 revue en 2016

Lire la suite Big Pun « Capital Punishment » @@@@@

« The Miseducation of… » Lauryn Hill @@@@@


Dans les archives mémorielles des cinéphiles avertis, Lauryn Hill a sûrement laissé une trace rétinienne et auditive avec Sister Act, Act II aux côtés de Whoopy Goldberg en 1993. Pour beaucoup d’autres, l’envoûtement s’est produit l’été 96, toujours émus par cette splendide reprise de « Killing Me Softly » de Roberta Flack par les Fugees, devenue aussi incontournable que l’originale. Impatients de voir éclore une future grande artiste de la musique afro-américaine, il aura fallu d’abord languir deux années après le succès international de The Score avant de voir cette nouvelle reine de la Soul et du Hip Hop s’émanciper et prendre son envol avec un premier album solo, The Miseducation of Lauryn Hill.

Lire la suite « The Miseducation of… » Lauryn Hill @@@@@

Chroniques Rap, Soul/R&B, Electro…

%d blogueurs aiment cette page :