Notorious BIG « Life After Death » @@@@½©


Branle-bas de combat chez Bad Boy en cette fin d’année 96, le label étant suspecté d’avoir prémédité le meurtre de 2Pac. Notorious B.I.G., engrené dans cette guerre Eastcoast/Westcoast, termine son double-album au titre et à la pochette prophétique, ‘Life After Death‘, dans une atmosphère extrêmement tendue. Contrarié et furieux après l’attaque personnelle de 2Pac et son « Hit’em Up« , Biggie va reprendre du poil de la bête. Ce second opus possède pourtant une ambiance moins ghetto et pesante que son premier classique ‘Ready To Die‘, elle est même plus rhythm’n blues et funky, très mainstream pour ainsi dire. Life After Death était né pour être un gros blockbuster. Cependant une odeur de mort y plane constamment car dans sa paranoïa, Biggie Smalls sait pertinemment que la faucheuse le suit de plus en plus près, sa vie était réellement menacée de mort à chaque instant. La photo de lui posant à coté d’un corbillard n’est que trop parlante.

Note : rétrospective remise à jour à l’occasion des 15 ans de la disparition de Biggie. Cet album a été certifié disque de diamant aux Etats-Unis et a gagné trois Grammy Awards dont celui du meilleur album de rap.

Lire la suite Notorious BIG « Life After Death » @@@@½©

IAM « L’École du Micro d’Argent » @@@@@©


Tout a été dit sur cet immense monument du rap français, le plus vendu de l’histoire. Il va sans dire que les souvenirs qu’a procuré L’Ecole du Micro d’Argent à la fin des années 90 sont encore bien vivaces. On parle d’une époque révolue que les millennials n’ont évidemment pas connu, d’une France Black Blanc Beur où l’on pouvait acheter trois magasines rap chaque mois tandis que la scène hip-hop continuait de faire plus de bruit, quand Skyrock a senti le vent tourner en programmant exclusivement du rap, devenant le vecteur incontournable du genre puisqu’Internet n’était encore qu’un luxe dans les foyers. On parle d’un moment clef durant laquelle une révolution était en marche dans la scène musicale hexagonale, alors que le groupe IAM entrait dans une troisième campagne qui allait changer la donne durant de longues années.

→ En savoir plus sur Hip-Hop Infos France

Jaÿ-Z « Reasonable Doubt » @@@@@


C’est l’histoire d’un jeune dope dealer, Shawn Carter, qui a vu sa vie transformée par le rap. D’abord déniché par Clark Kent puis poulain de Big Jaz (connu aussi sous le pseudonyme de Jaz-O), celui-ci n’imaginait pas encore qu’au temps de ses premières rimes au début des années 90, avec sa coupe au carré et son flow mitraillette à la Fu-Schnikens, il deviendrait le King Of New York une décennie plus tard.

Rétrospective écrite en 2004 revue en 2016

Lire la suite Jaÿ-Z « Reasonable Doubt » @@@@@

Busta Rhymes « When Disaster Strikes » @@@@


Après son arrivée fracassante avec The Coming, Busta Rhymes revient l’année suivante en 1997 avec l’album n°2, ‘sophomore’ comme disent les amerlocks, ‘When Disaster Strikes’. Le titre démarrait la thématique de fin du monde qui se perpétuera au fil des prochains albums. Les présentations ainsi faites, inutile de bavarder plus longtemps.

Lire la suite Busta Rhymes « When Disaster Strikes » @@@@

Mobb Deep « Hell on Earth » @@@@@


Groupe : the Infamous Mobb Deep
Nom de l’album : ‘Hell On Earth’, second classique consécutif après ‘The Infamous’
Date de sortie : 1996
Featurings : Johnny Blaze aka Method Man, Lex Diamond aka Raekwon, Nas, Big Noyd, etc…
Score : certifié disque d’or (500 000 exemplaires vendus minimum).

Lire la suite Mobb Deep « Hell on Earth » @@@@@

2Pac « All Eyez On Me » @@@@½


Ça y est c’est fait, après avoir vu sa caution payée par Suge Knight, 2Pac est signe sur son label Death Row et rejoint dès lors les cadors Dr Dre, Snoop Dogg et Tha Dogg Pound. Nous sommes en 1996 et sans le savoir, Tupac Shakur venait d’entrer réellement dans le couloir de la mort…

Rétrospective écrite en 2005

Lire la suite 2Pac « All Eyez On Me » @@@@½

Ghostface Killah featuring Raekwon & Cappadonna « Ironman » @@@@½©


Ghostface Killah a/k/a Tony Starks est le cinquième membre du Wu-Tang Clan a s’envoler en solo, c’était il y a de cela vingt ans. Enfin pas tout à fait solo-solo… cette information est inexacte. Compte tenu du prix du meilleur second rôle sur Only Built 4 Cuban Linx de Chef Raekwon, on peut considérer d’un certain point de vue qu’Iron Man est son second disque. À savoir s’il s’agit d’un album solo à proprement parler, ça se discute, puisque les rôles sont inversés : cette fois Raekwon est en featuring aux côtés d’un dénommé Cappadonna, futur ‘Wu-affiliate’ comme on dit. À la réalisation de cette super-production Marvel, le grand gourou RZA, pas trop le choix mais c’est justifié, Ghostface étant signé sur son label Razor Sharp.

Lire l’intégralité de l’article sur SURLmag →

The Roots « Illadelph Halflife » @@@@@


Vous en voulez encore plus?!!??! C’est chose faite. Cette fois les The Roots passent la troisième avec ‘Illadelph Halflife‘ : Black Thought  élève le niveau de son art lyrical, Hub pose de grosses basses plus prononcées, ?uestlove impressionne par la construction de ses beats et les saxophones ont fait place aux mélodies de pianos de Scott Storch. Les vibes jazzys ont alors fait place à un hip hop sérieux, sombre et inquiétant. Une sensation de tension limite ténébreuse qui prédomine la première partie de ‘Illadelph‘ de « Respond/React » a « Push Up Ya Lighter » (avec l’impressionnante Bahamadia) : les basses nous plongent dans les profondeurs des graves, les textes possèdent autant de noirceur que la conscience et l’encre de notre MC, et les beats sont plus martelés de grosses caisses.

Lire la suite The Roots « Illadelph Halflife » @@@@@

Outkast « ATLiens » @@@@@


Deux ans après l’énorme ‘Southernplayalisticadillacmuzik‘, Andre et Antwan sont de retour d’une autre dimension avec plein de nouvelles idées. Descendus sur la ville Atlanta en extra-terriens, les Outkast sont devenus des ‘ATLiens‘, une entité rap réellement  à part.  Car si leur premier essai fut des plus classiques (dans tous les sens du terme), leur identité musicale s’est clairement détachée du commun de humains rappeurs avec cet OVNI. On ne dira plus jamais que les Boi et Dre font des albums rap Dirty South, mais du OutKast.

Lire la suite Outkast « ATLiens » @@@@@

De La Soul « Stake is High » @@@@@©


Après trois années de break sort le 2 Juillet 1996 Stake Is High des De La Soul, soit le même jour que It Was Written de Nas. Ou comment se faire méchamment doubler par la droite dans les charts par un rouleau-compresseur de la Grande Pomme. De plus, c’est le premier album des De La Soul à ne pas être produit par Prince Paul, le mode « ça passe ou ça casse » est enclenché. Alors ils ont tout mis dedans, tout donné comme si c’était le premier et le dernier. Stake Is High est le disque le plus décisif de leur vie, et capital pour tout amateur de hip hop qui se respecte.

Lire la suite sur SURLmag →

Nas « It Was Written » @@@@@©


Comment donner suite à un grand classique instantané sacralisé par la critique, Illmatic ? C’est cette équation très difficile que Nas a du résoudre pour le 2 Juillet de l’an 1996, date qui coïncidait avec la sortie de Stake is High des De La Soul. Pour ce faire, le rappeur du Queens s’est entouré du très ambitieux manager Steve Stoute et d’une équipe de tueurs qui garantissaient de passer à la radio tout en restant street, Poke & Tone alias The Trackmasters. Ainsi fut It Was Written, ainsi Nas devint Nas Escobar, en gardant les projects du Queens en toile de fond.

Rétrospective écrite en Novembre 2016 pour HipHop Infos France

Lire la suite Nas « It Was Written » @@@@@©

Busta Rhymes « The Coming » @@@@½


The Coming est le début des aventures fracassantes de Trevor Smith alias Busta Rhymes, surnom duquel il a été baptisé par Chuck D des Public Enemy. Le Dungeon Dragon s’est libéré de ses chaînes de son groupe les Leaders of the New School après cinq ans de bons et loyaux service pour répandre une parole prophétique qui contrastait avec son énergie délirante. Les trentenaires comme moi ont découvert ce trublion aux dreadlocks et à la gueule pas croyable sur MTV avec le vidéoclip clownesque « Woo Hah!! Got You All In Check« , affublé d’un sample tout aussi mutin de « Space » du grand Galt McDermot (le compositeur de Hair).

Lire la suite Busta Rhymes « The Coming » @@@@½

Fugees (Refugee Camp) « The Score » @@@@½©


Payez votre coup de vieux : The Score des Fugees a eu vingt ans le 13 Février. 20 ans, deux fois dix ans. On parle d’ un autre siècle, d’un autre millénaire, d’un grand disque, d’un grand groupe, de ceux qui ont marqué les années 90, qui ont fait péter les scores de ventes – à juste titre. Écoulé à plus à plus de dix millions d’exemplaires dans le monde (dont plus d’un million bien rangés dans nos étagères en France), ce n’est pourtant pas le type d’album qui traverse l’esprit des hip-hop heads dès qu’est prononcé le mot « classique rap ». Or s’il y a bien un beau souvenir de rap de notre enfance, cet album en fait incontestablement partie.

Lire la suite sur Now Playing Mag →

 

Lil Kim « Hard Core » @@@@@


Jusqu’à la moitié des années 90, les rappeuses formaient une toute petite minorité. Pour ne citer que les plus connues : MC Lyte, Queen Latifah, Lady Of Rage,… Respectées dans le milieu Hip Hop, elles furent vite rabaissées par l’arrivée du gangsta rap et ses propos machistes à outrance. L’image de la femme n’était plus vraiment ce qu’elle était. C’est à ce moment là que fait surface Kimberly Jones, plus connue sous le pseudonyme de Lil Kim pour envoyer son talon pointu dans les valseuses du rap masculin en entrant mettre le bordel dans la garçonnière.

Lire la suite Lil Kim « Hard Core » @@@@@

Makaveli (2Pac) « The Don Killuminati: The 7 Day Theory » @@@@@


7th Day Theory est un disque symbolique dans la brève mais fructueuse carrière de 2Pac. La pochette en est-elle même aussi explicite que le contenu, voir 2Pac crucifié laissant penser à sa résurrection. Sa fascination lucide pour la mort le rattrapa quelques semaine avant la sortie de cet opus posthume en Novembre 96, Tupac se faisant assassiner en voiture dans un drive by shooting, accompagné de son boss rescapé, Suge Knight. Ce cinquième album, enregistré en à peine 7 jours, est comme un testament, un dernier message d’Adieu en douze morceaux.

Retrospective réécrite en 2007

Lire la suite Makaveli (2Pac) « The Don Killuminati: The 7 Day Theory » @@@@@

Chroniques Rap, Soul/R&B, Electro…

%d blogueurs aiment cette page :