The Underachievers « After the Rain » @@@@½


« …Vient le beau temps. » Vous connaissez l’adage. Pour leur quatrième album, le duo d’enfants indigo des Underachievers décident de sortir enfin de l’obscurité pour se laisser guider vers la lumière, After The Rain est une véritable éclaircie dans la scène Beast Coast et ça fait clairement du bien. Sera-ce suffisant pour les deux rappeurs de Brooklyn pour sortir de l’ombre, au sens figuré?

Dans l’épisode précédent, Renaissance, j’avais conclu que l’univers rap de AK et Issa avaient abouti à sa forme finale. Mais là il s’agit plus que d’une résurrection ou d’un reboot, c’est presque un changement de philosophie. « Downpour » efface toute noirceur pour laisser place à la chaleur et la brillance des photons. Il peut pleuvoir dans leur monde (« Cyclones« , « Let It Rain« ), l’eau finit par lessiver la grisaille et la douleur avant de laisser place au soleil. Les instrus suivent cette tendance positive avec des vibes polarisées ‘+’, à base de samples de soul (pitchées ou non) ou jazzy, pour faire écho aussi aux sonorités boom-bap qui font leur retour en force en 2018. S’il n’y avait que ça ! Sur l’immense coup de coeur qu’est « Light Speed« , qui rend hommage à des grands noms de la soul et R&B, les Underachievers installent définitivement cet adoucissement qui se traduit par des cross-overs rhythm’n blues (« Channeling » avec son refrain screwed and chopped) et autres refrains chantés avec 0% d’autotune (« Nightmares & Dreams« , « Location Nowhere » feat FATHERDUDE, « Seven Letters« ). Si vous avez bien écouté leurs trois autres albums, vous avez sans doute comme moi repéré à quel point l’influence des Outkast a impacté leur imaginaire, en particulier ATLiens, et l’on retrouve encore dans leurs instrus de ce tandem ultra-complémentaire ces gènes mutés, tels que sur « Location Nowhere » et « Evil Things« , et ça, ça me provoque toujours des palpitations.

D’une régularité exemplaire et d’une constate originalité, les Underachievers n’ont pourtant pas sorti le meilleur opus de leur disco avec After The Rain. Cependant cet optimisme inattendu et le coeur mis dans cet ouvrage nous prend par les émotions et se révèle être très fédérateur. Comment expliquer cette tournure? Peut-être parce que les Underachievers ont l’esprit moins consumé par la dépression et les drogues.

 

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.