Cam’Ron « The Program » [mixtape] @@½


Cam’Ron Giles c’est le mec qui fait ce qu’il veut et n’en a rien à foutre du reste. Avec ce statut de légende qu’on lui prête, il peut s’absenter des mois, réapparaître comme par magie pour un single ou un projet sans écho (son EP par ci avec Berner, un petit album par là avec Vado), faire buzzer en annonçant des trucs (où ça en est son projet avec A-Trak au fait?), re-disparaître dans le silence complet et refaire surface pour foutre la merde, et un jour férié en plus, le 11 Novembre. Depuis 2009 avec Crime Pays qu’on attend un nouvel album (Purple Haze2 ou Killa Pink?), le voilà qu’il rapplique avec une mixtape, The Program.

Immédiatement, Killa Cam lance les hostilités envers son ancien partenaire des Children of the Corn, Mase, pour des histoires qui remontent à il y a une vingtaine d’années. On ne sait pas trop ce qui le motive hormis que ça fait fait un coup de pub réussi. Mase en a profité pour prendre la parole en se défendant avec « The Oracle« , ce à quoi Cam’Ron lui répondra avec « Dinner Time » en racontant qu’il s’est tapé la soeur du rappeur devenu pasteur. Et c’est pas fini puisque son souffre-douleur Jay-Z a droit à sa réplique habituelle, et Kanye est également concerné par « Coleslaw« . Pas si diplomate ce Cam’Ron.

Quitte à se croire dans les années 2000 avec ces beefs qui ressurgissent, cette mixtape du tueur rose de Harlem semble être  conçue à l’arrache dans le même esprit des années 2000 : des instrus piochés au hasard peu importe qui produit (c’est-à-dire un peu de tout et n’importe quoi, allant d’instrus typiquement Dipset à de la trap standard gavée d’autotune comme sur « The Other Side« ), un mastering plus que douteux, des featurings sortis de nulle part, un ensemble très inégal et une parole plus libérée comme on peut le voir. Quitte à paraître parfois ridicile, comme à son habitude, avec des rimes d’une simplicité enfantine comme sur « Chop It Up » :  « it’s a fiasco they wanna be Lupe ». Certains beats sont absolument faiblards, à l’image du sample de Bill Withers à peine exploité sur « Lean« . le horrible « Remember Game » ou ce « Dime After Dime » qui sample Cindy Lauper, seconde fois que la chanteuse inspire Cam après le fun « Girls » sur Purple Haze.

 

Il y a tout de même cette facette de Cam’Ron que l’on aime sur « Fuck Outta Here » (merci Araabmuzik de remonter le level), « Kiss Myself » (Just Blaze à la prod comme au début des années 2000 mais sans casser la baraque) et « Chop It Up« . Manquait du Heatmakers pour compléter le tableau et apporter une vraie touche Dipset. En gros, The Program c’est du Cam’Ron tout craché, celui qui préfère les bitches et pas les snitches, avec ses qualités et ses défauts. Ça plaira aux fans, pour eux il restera le meilleur rappeur de l’univers, les haters vont se hâter de le détester. Dans le fond rien ne change. J’irai pas jusqu’à dire qu’il est hors du coup, mais pour un come-back, c’est pas du tout glorieux.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s