Faith Evans & The Notorious B.I.G. « The King & I » @@@½


Pour fêter les 20 ans de la disparition de Christopher Wallace alias Notorious B.I.G., son épouse Faith Evans a offert un beau cadeau en sa mémoire : un album duo The King & I. Et même plus qu’un classique duo homme/femme, un couple mort/vivant. Avis aux nostalgiques des débuts de Bad Boy Records.

Pour cette commémoration, Faith Evans a ramené des anciens du label fondé par Puff Daddy. C’est quasiment elle qui a tout géré. On retrouve alors The Lox (Sheek Louch, Jadakiss et Sheek Louch), les 112, et plus surprenant, Shyne (l’ex-taulard qu’on a longtemps taxé de copie vocale de Biggie) le temps d’un interlude et Lil Kim (!!!). Manque Mase ou Black Rob pour compléter la photo de famille. Puffy? Il ne rappe pas mais est présent sur une prod (« Got It Twisted« ). C’est bien connu que Faith et lui ont connu des tensions par le passé. Pour recréer l’ambiance de la seconde moitié des années 90 avec un r&b d’époque, il y a eu un très bon choix d’instrumentaux réalisés parmi des noms connus : Stevie J (des Hitmen), Just Blaze, Fredwreck, Salaam Remi et James Poyser. Cela pourra paraître désuet mais pas du tout déplaisant surtout pour les trentenaires qui ont grandi durant cette décennie. Il y a aussi des revisites version féminine comme celles de « Ten Crack Commandments » devenu « Ten Wife Commandments« , sans DJ Premier qui lui réalise le beat de « NYC« . Et « Things Done Changed » est samplé (ou réutilisé?) sur « Got It Twisted« .

Pour recréer la magie de leur couple, The King & I a été conçu exactement sur le même principe que la compilation Biggie Duets (2005) : on recycle des couplets de Notorious BIG ici et là, ceux qui collent le plus au thème ou à l’instru et les technologies donnent un effet d’alchimie. En connaisseur(s), c’est toujours amusant de deviner d’où ils proviennent. Après, le fantôme de BIG n’est pas présent partout sur tous les titres (comme sur le slowjam « Fool For You« ). Les multiples interludes sont là pour compléter l’aspect nostalgique, façon documentaire, autour de la relation tumultueuse racontée en chansons entre la chanteuse et le King of New-York. Convier la mère de Christopher, Violetta Wallace, apporte ce qu’il faut de bons sentiments à cet album. La venue de Busta Rhymes aussi (sur « Somebody Knows« ), quand on sait que lui et Biggie ont été ensemble au lycée à Brooklyn. Snoop Dogg par contre, la question de la légitimité de sa présence est hautement discutable aux vues du contexte de l’époque avec Death Row mais on oublie un peu ça avec l’instru funky et dansant de « When We Party« . Mais réunir la veuve et la maitresse ensemble sur un titre (qui s’appelle en plus « Lovin’ You For Life« ), fallait le faire ! La hache de guerre est définitivement enterrée.

Que rajouter de plus sur The King & I si ce n’est que c’est un projet bien fichu, bien ficelé, qui font ressurgir les bons vieux souvenirs comme si c’était hier. Et légitime en plus de ça, Faith Evans, comme Puffy, est une vraie garante de l’héritage de Notorious BIG. Une bonne surprise.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s