Wale « SHINE » @@½


Cinq albums studio plus tard, Wale n’a plus du tout la cote. Oui, je compte dedans ce nouvel album SHINE qui vient tout juste de sortir et pas très fraîchement comme vous pourrez le lire, ou l’écouter si vous vous ennuyez. Non vraiment, le rappeur de Washington DC continue de se reposer sur ses lauriers avec cette attitude de newcomer qui a percé en oubliant que ça fait déjà loin.

Le premier titre « Thank God » donne un peu confiance avec ce sample classe utilisé par Cool & Dre et 808-Ray (le même que cet inédit de 2Pac avec DJ Quik datant de ’96), mais c’est après que l’on comprend d’où proviennent les critiques très défavorables concernant SHINE. Et ce quand Lil Wayne essaie désespérément de relever « Running Back« . En fait, ce disque est un méli-mélo de morceaux passables (au hasard, « MY PYT » avec sa prod de sous DJ Mustard) avec et d’autres prévus pour être singles (par exemple celui, au hasard encore, avec les Major Lazer). Alors 1) cela brise la cohésion de l’album, telle une enfilade de titres sans aucun rapport les uns avec les autres et 2) ce ne seront pas des singles à succès de toute façon car insuffisamment travaillés.

En plus, Wale devient vite insupportable dès qu’il pousse la chansonnette. D’accord, beaucoup de rappeurs s’y mettent mais ce n’est pas une obligation, surtout quand la voix est moche. Je préfère autant qu’il pose une liasse de ‘hunnid’ pour des featurings pour le faire, quitte à ce que ça fasse too much. Tiens, il appelle à G-Eazy (le faux Drake) sur « Fashion Week » (sans intérêt), le caméléon Travis Scott dans une imitation de Ty Dolla $ign sur « Fish n Grits » (les paupières deviennent lourdes) et ce cher Chris Brown sur « Heaven on Earth« ,  le genre de titre r&b mainstream normal et chiant (à la Drake quoi) qu’on entend partout. Quitte à faire comme Drake, Wale opte pour des sonorités venues d’ailleurs, d’Afrique notamment, sur « My Love » (avec Major Lazer et WizKid) ainsi que sur « Fine Girl » (feat Davido & Olamide). Bien essayé.

SHINE est avant tout un album de fainéant, absolument rien de sensationnel mais tout n’est pas à jeter, il se révèle bon quand il y a du sample r&b derrière, le truc qui fait fureur et ramène de bonnes vibes. On en trouve une poignée : « CC White« , « DNA » et enfin « Smile » (avec Phil Ade), quatorzième et dernier titre, pour nous remercier d’avoir perdu notre temps.

Comme B.o.B., Wale a loupé un aiguillage et la distance qui le sépare des camarades J.Cole, Wiz Khalifa, Kid Cudi, Drake, Kendrick Lamar, Logic, qui quant à eux continuent de s’élever, s’avère irrattrapable. Même son collègue Meek Mill l’explose en terme de ventes (sans pour autant faire du meilleur rap) et en parlant de ça, SHINE a fait un gros flop avec seulement l’équivalent de vingt-cinq mille albums vendus. Va falloir songer à la retraite hein.

Une réflexion sur “ Wale « SHINE » @@½ ”

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s