« Fast & Furious 8 – The Fate of the Furious : The Album » @½


Depuis le film 2 Fast 2 Furious, c’est devenu une tradition pour moi d’écouter les bandes originales de la saga Fast & Furious. Pas forcément de tous les commenter ou les chroniquer, c’est bêtement histoire de profiter de quelques exclusivités rap. La BO de 2F2F justement était laissée entre les mains de Ludacris et ses Disturbing Tha Peace, le souvenir était sympa (bien que le film réalisé par John Singleton soit le plus faiblard de cette série cinématographique), puis il y a eu le 3e volet Tokyo Drift, avec son remix de DJ Shadow et les Teriyaki Boys produit par les Neptunes, le 4e toujours avec les Neptunes et Pitbull, puis ceux d’après n’ont pas spécialement constitué d’intérêts majeurs à cause des infections d’EDM, même le Furious 7 avec l’énorme carton « See You Again » qui pleurait la disparition brutale de Paul Walker, passager dans un accident de la route (un vrai).

Le casting de la BO du huitième (!) volet de Fast & Furious est un concentré de trappeurs et mumble rappers, les tendances à cet intant ‘t’ quoi : migos, 2 Chainz, Lil Yachty, Lil Uzi Vert, 21 Savage, Young Thug, Travis Scott,…  Sur le papier, ça peut être pas mal du tout sauf qu’il ne faut pas oublier qu’il y a une clientèle très populaire à alpaguer, faut pas se leurrer. Après une unique écoute, ça ne fait aucune doute. Voilà comment j’ai négocié le circuit : je mets la première, j’accélère le titre au-delà des limitations, je freine, je change de piste, je mets la seconde, j’accélère, aucune sensation, je freine, je change de piste, et ainsi de suite…

Je vais essayer de résumer la chose : on s’emmerde plus que sur un album de DJ Khaled qui malgré ses hits à durée limitée dispose de vraies exclusivités, pas que des morceaux de rap en vogue coupés avec de la flotte. On roule à 50km/h sur l’autoroute de la médiocrité avec de la trap de supermarché bonne pour les beaufs en Megane tunée et d’autres tubes ultra-formatés pour la radio au point que c’en est malaisant. Pas étonnant, on ne trouve aucun gros noms de la prod, à part Ben Billions là, 30 Roc (et encore)… Ça craint d’écouter « 911« , un morceau trop fruité de Kevin Gates, genre il se prend pour Drake qui fait des morceaux exotiques. Et les migos semblent presque bidon (« Seize the Block« ), c’est une catastrophe.

Certains titres sont tellement doux (ceux de G-Eazy et Kehlani ou avec PnB Rock, sorte de Ty Dolla $ign bis) que c’en est caricatural, du genre à terminer sur une bande-son d’émissions de TV réalité sur les chaines de la TNT. Parce que si le rap c’est trop « dur », il y a toujours des sons r&b (pour ‘rythme & bouse’), même si Ty Dolla $ign et Post Malone tentent comme ils peuvent de relever le niveau. Pour compléter les clichés, vous y retrouverez des  morceaux latinos (zut, voilà Pitbull…) puisqu’une partie de l’action se déroule à nouveau en Amérique du Sud. Mauvais quart d’heure latino.

La plus mauvaise BO de la franchise. Mon conseil : respectez le code de la route et épargnez vos oreilles.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s