Curren$y « Canal Street Confidential » @@@½


Curren$y passe la cinquième avec Canal Street Confidential, son nouvel album en major chez Atlantic.  Après l’introuvable Pilot Talk III en format physique, on a la chance pour la seconde fois cette année de pouvoir écouter de la music to drive to du rappeur de la Nouvelle-Orléans. C’est reparti pour un autre road trip avec la Jet Life.

Les albums de Spitta Andretti ne démarrent jamais par des burn-outs. CSC s’ouvre progressivement sur les grosses basses de « Drive By« , avec sur le siège passager Future. Le rythme de croisière est bon pour ne pas dire rapide mais parce que Curren$y a comme on le sait une maîtrise de l’art du slow driving. Qu’importe, pour chaque  valeur qu’indique l’aiguille du tachymètre une bande-son qui convient, une main sur le volant. D’abord avec cette petite merveille d’easy-listening qu’est « Everywhere« , « Speed » pour ambiance typiquement Currensiesque ou ce « Cruzin » (co-produit par Like des Pac Div) dont le touché de synthétiseur rend l’ambiance unique.

Bien que travaillant avec d’autres carrossiers, dont Purps des 808 Mafia (une équipe de producteur comptant les rois de des instrus trap Metro Boomin et Lex Luger), l’esthétique sonore de Curren$y est une constante sur ces 11 titres. Spitta conserve quelques-unes de ses bonnes routines, comme passer prendre des pièces chez les espagnols de Cookin Soul qui peuvent être fiers de voir un de leurs instrumentaux sur un disque en major (« All Wit My Hands« ). Des souvenirs de son amitié de longue date avec Wiz Khalifa refont surface sur « What’s Up » pour introduire « Winning« , le morceau du duo gagnant. À quand un nouveau projet commun entre ce deux blunt brothers? Puis ces retrouvailles avec Lil Wayne sur le single , des années que les deux rappeurs se tiraient la tronche après le départ de Curren$y de Young Money sans avoir sorti un seul disque.

On pourra reprocher à Curren$y d’avoir opté pour la boîte automatique sur Canal Street Confidential. Le confort trop aseptisant de certains morceaux (le single « Bottom of the Bottle » fait juste son office de single, « What’s Up » feat K Camp, « How High » feat Lloyd…) et la gamberge habituelle de notre chauffeur rend l’écoute moins passionnante par rapport à ses précédentes sorties. Il y en a sous le capot mais on ne profite pas des bruits d’admission d’un fabuleux V8 américain. Heureusement « Superstar » provoque des envies d’évasion et de dépasser les limites autorisées sur l’autoroute en toute sérénité grâce à cette prod impeccable des Cool & Dre et un passage bienvenu de « Ty Dolla $ign« . Rarement un titre de ce style m’a rendu aussi accro depuis « The Way We Ride » de T.I.. Et pour poursuivre dans cet élan, le très lourd « Boulders » permet de garder la concentration sur la route jusqu’à la prochaine sortie.

Petite note : la version deluxe contient deux bonus tracks produites par la légende locale KLC!

 

Une réflexion sur “ Curren$y « Canal Street Confidential » @@@½ ”

  1. Encore un bon album de Curren$y. J’aurais mis un peu plus. Un @@@@, comme the stoned immaculate qui avait certes quelques tubes comme Showroom, mais canal street confidential à une très bonne cohérence dans son identité sonore. Pour moi c’est l’un des Curren$y les plus aboutis avec pilot talk II.

    J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s