MED Blu Madlib « Bad Neighbor » @@@½


Bad Neighbor est le prolongement logique du maxi Burgundy Whip EP paru au début d’année 2013 et qui connectait les MCs californiens M.E.D. & blu par dessus des productions du savant fou Madlib. Avec treize morceaux supplémentaires et plein de surprises parmi la liste d’invités, ce ménage-à-trois va peut-être nous étonner.

Sur ce long format, on retrouve deux des extraits de l’EP d’origine, à savoir « Belly Full » (feat Black Spade) et bien évidemment « Burgundy Whip » avec Jimetta Rose, sur un sample de funk latino. L’association de ces deux rappeurs underground est pour le moins intéressante en théorie, en pratique, ça l’est, sachant que Madlib est le fournisseur de beats. Bon, Madlib, lui, fait ses « madliberies » habituelles (terme de mon cru), avec des instrus soit foutraques, en gros surgonflé en basses ou avec des motifs sonores saccadés et fébriles (« The Stroll« , « Serving« , « Peroxide » avec la voix robotisée de Dam-Funk), soit plus posés, pour ne pas dire smooth (« Finer Things » qui convient parfaitement pour Phonte) ou funky, comme ce sympathique « Knock Knock » avec MF Doom (je remets ça sur la table mais à quand un Madvillainy 2?) ou bien ce « The Strip » avec le déjà indispensable Anderson .Paak. Bref, Madlib est la bénédiction et la malédiction de ce projet, le jour et la nuit.

Comme on peut l’observer, il y a pas mal de beau monde, rappeurs comme chanteurs. Ce n’est pas terminé – et je reviens ensuite sur le contenu de Bad Neighbor – puisqu’on peut compter en plus sur AMG (l’ex pote de DJ Quik ouais), Oh No, Frank Nitty, Hodgy Beats, DJ Romes (le vieux copain des Lootpack), Aloe Blacc qui donne un effet rétro au radieux « Drive In« , et pour finir Mayer Hawthorne, impérial dans le rôle du soulman sur « The Buzz« .

Entre MED et blu, parce que c’est d’abord eux qui sont l’objet de Bad Neighbor, il n’y a pas de compétition, quoique. Si M.E.D. est étonnamment à l’aise sur les beats à cycles ultra-courts comme « Peroxyde » et l’uptempo « Streets »  (ce que l’on a pu voir sur son solo Classic en 2012), blu l’est dans les deux types d’instru proposés par Madlib. Connaissant sa discographie, il affectionne les tracks samplant de la soul/funk, donc l’entendre sur « The Strip » ou bien sur « Finer Things » semble naturel car il sait y fondre son flow. Mais à l’entendre débiter sur « Get Money » ou « Birds » avec ces poules qui caquettent derrière (oui ça fait bien « CÔT CÔTCÔTCÔT CÔTCÔTCÔT CÔTCÔTCÔT CÔTCÔTCÔT » en fond), il met de belles baffes. Avantage blu alors, M.E.D. égal à lui-même, sans parler de Madlib… qui fait du Madlib, original sans l’être.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s