Joe Budden « All Love Lost » @@@½


Je ne sais pas vous mais je considère Joe Budden comme le mec le plus déprimant du rap game, ce depuis Padded Room. Après avoir perdu l’intérêt d’une partie de son public avec No Love Lost, un opus sans direction artistique et très moyen, il faut croire que le MC du New Jersey s’est inspiré des mauvaises critiques pour le titre de ce troisième album studio : All Love Lost.

Joe joue ici dans son registre favori, à savoir une « musique d’humeur » (mood muzik, NdT) bien souvent maussade, comme un temps pluvieux et froid d’Automne. La longueur de ses lyrics hautement personnels est proportionnelle aux profondeurs dans lesquelles son esprit sombre, rappelant aussi à quel point le rappeur est un marathonien du verbe. Résultat, cinq titres (en comptant la bonus track « Only Human« ) atteignent ou dépassent les sept minutes. Au passage, parmi les producteurs, Boi-1da, araabMuzik, Parks, Chigs et 8Bars. Je reprends. Joe Budden dissémine les symptômes de ses épisodes de dépression, comme son comportement auto-destructeur (« Immortal« ), sa nature pessimiste (« Love, I’m Good« ) et son goût pour les amours amers (« Where Do We Go » feat Eric Bellinger, « Love For You » feat un très bon Emmany). Les autres morceaux reflètent tous les antonymes des sentiments joyeux (« Broke« , « Man Down« , etc…), cependant Joe finit toujours par trouver la force pour sortir la tête de l’eau.

On pourrait caractériser son rap comme une espèce de « sad hop » avec pas mal d’éléments rock (comme ce solo de guitare qui dure deux minutes sur l’intro), quelque part entre Sadistik (pour ceux qui le connaissent) et Eminem (quand il utilise des instrus à moitié pop-rock). Pour revenir à Eminem, il en est question sur le titre « Slaugthermouse » (en référence au super-groupe Slaughterhouse signé sur Shady Records dont il fait partie et « mouse » qui est un de ses surnoms) en commençant pas ces rimes « Look, it was around ’99/ Baby comin’ while I was at rock bottom/ Ironic shit, I was listenin’ to « Rock Bottom »« . Sur un beat d’Araabmuzik, Joe se laisse trahir par son honnêteté incorruptible en se jetant la tête la première dans une tirade sans refrain qui ressasse son inconfort avec les règles du rap game, les médias et ses beefs (avec Jay-Z, Game et 50 Cent). Le genre de texte qui frise la tentative de suicide de carrière qui risque une fois de plus de lui jouer de mauvais tours, mais il est comme ça que voulez-vous…

Jadakiss est l’unique featuring rappeur, présent sur « Make It Through The Night » en compagnie de la charmante Marsha Ambrosius, le seul titre rap’n b de All Love Lost.  Un album que l’on l’aime un peu, beaucoup,… ou pas du tout.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.