Apollo Brown « Grandeur » @@@½


La sortie d’un album de (ou produit par) Apollo Brown est toujours un événément dans le milieu hip-hop underground. Surtout quand il a un nom évocateur, et en français dans le texte, comme Grandeur. C’est le quatrième album qui porte son nom en solo paru chez Mello Music Group, son deuxième non-instrumental avec The Reset en 2010 qui l’a fait connaître.

Le terreau d’Apollo Brown pour Grandeur, ce sont des standards de la Soul, connus ou non, ou alors maintes fois samplés. Là où les instrumentaux d’Apollo tiennent de l’art c’est de choisir les parties les moins « faciles » de ces chansons. Un exemple concret, pour « In The Moment » (avec le homie OC) qui sample le classique « As One » de Earth Wind & Fire, c’est une portion de l’intro de clavier sonnant comme du clavecin qu’il a séquencé en la rendant plus mélancolique et non la suite plus funky. Nas avait déjà samplé cette portion sur « Live Now » en 2004 sur Street’s Disciple (fin de l’anecdote). Pour le reste, c’est assez classique (pianos, violons), avec la touche typique d’Apollo Brown qui rallonge les samples donnant cet effet de douces vagues. Après une seule bonne écoute, on en revient à ce reproche que je répète depuis deux-trois de ses précédents projets qu’il a réalisé (avec Ras Kass, Rapper Big Pooh…) : le renouvèlement? connait pas. Toujours le même schéma, un tempo pratiquement invariable, depuis Trophies à peu près. C’est étonannt que ça ne sente pas encore la fermentation. Oui je suis dur !
Les écoutes suivants ont permis d’apprécier les performances des rappeurs qui ne font de la simple figuration.  Un vrai festival ! Masta Ace, Freddie Gibbs, OC donc, Rapper Big Pooh et Ras Kass en toute logique, Vinnie Paz, Oddisee, Planet Asia, les M.O.P., les Barrell Brothers (Skyzoo et Torae), Ugly Heroes et Evidence qui s’illustre particulièrement sur « There’s Always Radio« , sans parler de la lourdeur de « Yesman Shit » avec Sean Price (RIP) et Reks. Parmi cette compagnie, des MC à surveiller de près comme Westside Gunn, Your Old Droog, Maffew Ragazino (qui fait forte impression) et Saga (dont j’ai déjà parlé avec son EP produit Marco Polo). Les femmes sont présentes dans ce milieu très masculin, Dynasty (protégée de DJ Premier) et Eternia. On peut mesurer la grandeur du producteur de Detroit à son talent et la qualité des guests.

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Anonyme dit :

    lourd tres lourd album!

    J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.