« Prey for the Poor » an Add-2 joint @@@½


C’était écrit, c’était prévu, mais il était temps qu’Add-2 sorte son premier album ! Ce MC de Chicago cumule maintenant dix ans d’expérience dans la musique hip-hop et presqu’autant de mixtapes (dont Save.Our.Souls en 2012 qui avait retenu toute mon attention), avec au terme de cette décade de labeur donc, la concrétisation avec Prey for the Poor chez Jamla Records, label de 9th Wonder. Ça commence par un jeu de mot (‘pray’ – ‘prey’ qui signifie ‘proie’), c’est bon signe.

Add-2 fait partie de cette génération de rappeur qui a grandi en écoutant du rap conscient (comme on appelait dans les années 2000) et/ou backpack et ça se sent dans son discours très social-politique. Bien qu’il n’en porte pas ces étiquettes, elles le collent de près sur « Young Black Boy » (« how I love to see your little black smile/ searching for love in a world that don’t care for you/ neglected by the people that should be there for you ») et « Good Mourning Black America » (« ain’t nuthing changed from Trayvon to Emmit »). Le relationnel est au coeur de ses sujets également, notamment sur « Stop Play Rewind » (là encore un jeu de mot), avec Rapsody qui donne son point de vue sur le dernier couplet, ou alors « When You’re Ready » (feat Heather Victoria). Dans l’ensemble, Prey for the Poor part de l’expérience personnel d’Add-2 en tant homme qui essaie de répondre à ses responsabilités en dépît des difficultés.
Côté instrumentaux, on joue sur du classique beat + sample avec Khrysis aux manettes pour la majorité. Add-2 ne sort pas de sa zone de confort , ce qui n’est pas un mal quand elle devient hyper confortable comme sur le soulful « Kool Aid » (avec Rapsody pour la seconde fois), où sur cette unique prod de 9th Wonder est joué un sample de Jill Scott (« I Think It’s Better » sur son premier album). Sans parler de « One Night » avec Raheem DeVaughn qui est suave à souhait. La faiblesse de cet album vient aussi des beats, ceux de Khrysis, et ce n’est pas la première que je le mets en cause pour avoir grevé un album faute de manquer de texture. On aurait aimé aussi que Add-2 en fasse un peu plus derrière le micro mais dans l’ensemble Prey for the Poor est typiquement l’album qu’on attendait, ni plus ni moins.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.