Cormega « Mega Philosophy » @@@½


Il y a 10-15 ans, l’idée d’un album de Cormega intégralement produit par Large Pro aurait fait l’effet d’une bombe. Aujourd’hui c’est le genre de projet qui attirera l’attention des puristes du genre, les trentenaires et plus comme les jeunes mordus de hip-hop qui se respectent.

Ça commence plutôt fort avec « MARS« . Rappelez-vous sur le dernier opus de Large Professor (Professor @ Large), un super-groupe de 4 MCs s’était formé en comptant en son sein Cormega, Action Bronson, Roc Marciano et Saigon. Cette fois le ‘M’ de « MARS » (Mega) est resté, le A a été attitré à AZ, le R à Redman et le S à Styles P. Là aussi une super-collaboration qui, au précédent millénaire avec le contexte de l’époque, aurait permis d’atteindre le stade de classique de nos jours. Heureusement notre dream-team de vétérans new-yorkais n’a rien perdu de leur talent et de leur passion, et elle ranime la nôtre. D’autres featurings possédant des critères similaires (tranche d’âge, localisation géographique…) posent leurs couplets, dont Raekwon (« Honorable« ), le voyou Black Rob (« Home« ) et Nature, le rappeur qui l’avait remplacé au pied levé sur le fameux projet The Firm produit par Dr Dre.

Avec Cormega, il faut s’attendre à du rap qui s’écoute avec les deux oreilles, des lyrics délivré par un flow incroyablement clame qui fait tourner notre matière grise. Il suffit d’écouter « Industry » pour être transpercé par la lucidité de ses propos envers les labels qui détruisent les rappeurs qui ne vantent pas le sexe, la drogue et la violence. « They don’t care about culture they only want profit/ If your album sells slow you’d better get dropped quick/ Q-Tip warned us the industry is toxic » affirme-t-il avant de dénoncer les méthodes de promotions des artistes pour qu’on les croient ‘fly’ et ‘hype’, avant de lancer « What’s ‘swag’? I don’t care how you dress or what you drive » avant de s’abaisser au niveau médiocre-normé en lâchant « ’cause you’re the shit/Nah you’re just doo-doo ». Ses autres titres solos sont tout aussi retentissants, notamment « Rap Basquiat » (qui ne fait pas des rimes sans citer cet artiste en 2014?) et plus inattendu l’acapella « Reflexion« . Mais à peine le temps d’apprécier la teneur des propos et des beats que ça y est, le disque s’achève.

Pas assez ambitieux, trop court (35 minutes!) avec seulement dix vrais morceaux,… on aura beau trouver des reproches à faire à Mega Philosophy, cet album n’a rien d’anecdotique, il fait son petit effet. Le tandem Cormega/Large Professor a fait preuve d’une certaine sagesse.

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. FINAL dit :

    Rien que le morceau MARS vaut l’achat de l’album, La rime de AZ est monstrueuse……Merci pour le site encore


    https://polldaddy.com/js/rating/rating.js

    J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.