G.O.O.D. Music « Cruel Summer » @@½


Tout le monde le sait, du moins tout le monde le saura maintenant, G.O.O.D. Music (G.O.O.D. pour ‘Gettin’ Out Our Dreams’) est le label de la diva superstar du rap Kanye West a/k/a Louis Vuitton Don, le mec qui invente toutes les semaines une nouvelle façon de se fringuer (avec un budget de 1000 euros minimum). Il fut fondé la même année que la sortie de son premier album The College Dropout, soit l’an de grâce 2004, et a permis l’émergence d’artistes comme Consequence, John Legend, Kid CuDi et Big Sean. Kanye y a également signé Common, le MC le plus emblématique de Chicago qui a longtemps collaboré avec son mentor No I.D., Mos Def et Pusha T, la moitié des Clipse.

Les années et les albums passent, l’idée d’une compilation fait son chemin, d’abord par des spéculations, des rumeurs, puis des informations au compte-goutte plus ou moins officielles, via la presse ou les artistes eux-mêmes participants à ce projet. Surprise lors du Festival de Cannes 2012, Kanye présente son court-métrage Cruel Summer, et dont il n’y a eu que de faibles échos. Ce film jamais diffusé auprès des petites gens que nous sommes est le point de départ du buzz autour de cette fameuse compilation, qui aura connu de nombreux reports et dont le mystère fut bien gardé jusqu’au bout. Ses singles promotionnels (« Mercy« , « New God Flow« , « Don’t Like remix« …) ont attisé notre curiosité, quelques infos comme l’implication du producteur prodige Hit-Boy et le fait que Kanye a finalisé l’album à Hawaï. Quel mystère insoutenable dites donc! Tout comme l’écoute et la large déception qui m’attendaient…

La déesse aux gros lolos qui orne la pochette a l’air de me dire que je vais me faire baiser. D’un certain point de vue, c’est le cas. Chronique cruelle de ce début d’Automne pourrait-on ainsi dire.

Sur les douze morceaux présents, presque la moitié était déjà sur Internet, peut-être pas dans leur version finalisée. Le dernier qui fut présenté est « To The World« , piste n°1 de Cruel Summer. C’est la première également de Kanye et R Kelly ensemble, les deux géants de Chicago sur un même morceau, il fallait bien qu’il soit en IMAX tellement leurs égos prennent de la place. Pop & Wansel, Hudson Mohawke, Kanye, tous ont co-produit ce morceau sur lequel R Kelly paraît ridicule lorsqu’il s’écrie « To the world ! To the WOORLD! He he he he heuu heuu heuu ». Et ‘Ye est tellement grand qu’il se surnomme le God of Rap. En plus c’est même pas lui qui a écrit son texte (n’est-ce pas Roscoe Dash?). Ensemble, ils nous balancent un grand FUCK. Pareil, rien à foutre…

Les morceaux s’enchaînent et se ressemblent. Le schéma des schéma des prods demeure relativement semblable concernant les morceaux de rap : prenez une rythmique dans la tendance sudiste (pour ne pas dore ‘trappiste’) ou une mélodie aussi minimaliste qu’hypnotique dont Hit-Boy a le secret, vous alternez avec du classique (des violons, des chants lyriques, etc…) sur le refrain, et puis c’est tout. Voilà le son G.O.O.D. Music 2012. Cela aboutit à des titres ultra-efficaces comme « Clique » et « This Morning » (co-produit par le génial Illmind), avec son superbe refrain du nigérian D’banj. Mais gare à la sur-production. C’est simple, il y a parfois autant de producteurs et co-producteurs, arrangeurs en tout genre, que de featurings sur une seule chanson. Parmi eux, son nouvel artiste Travis Scott, Jeff Bhasker, Lifted, Hudson Mohawke, Mike Dean et d’autres nouveaux noms tels que Twilite Tone, Anthony Kilhoffer, Ken Lewis… Trop c’est trop de superficiel.

Pratiquement tout le crew actuel de G.O.O.D Music répond présent, mais un seul d’entre eux tient le haut du pavé : Pusha T. Ses couplets sur « New God Flow« , « The Morning » et « Mercy » sont massifs et mémorables. La jeune chanteuse Teyana Taylor et John Legend forment un formidable duo sur « Bliss« , magnifique. On ne pourra pas en dire autant de Big Sean, qui se complaît dans ses égotrips médiocres, et 2 Chainz a/k/a Joe l’incrust, le mec qui a droit à son pass grâce à sa hype. CyHi the Prince parvient à faire son trou discrètement sur quelques titres tandis que Common est totalement sous-utilisé sur « The Morning« , son unique prestation. Le slammeur Malik Yusef est de la partie, s’insérant dans la longue liste d’artistes figurant sur « Sin City« . Kid Cudi s’autorise une échappée en solo pour partir en freestyle (« Creepers« ), ça passe ou ça casse. En ce qui me concerne, ça casse pas la baraque.

La photo de famille de G.O.O.D. Music a de quoi nourrir quelques regrets. Qu’en serait-il si Cruel Summer était paru cinq ans plus tôt, peu après Graduation admettons? Il y aurait eu des samples soulfuls, plus de présence de Common, mais également GLC, Consequence… Kanye West a aujourd’hui une belle équipe à ses côtés (mis à part Big Sean mais c’est juste mon humble avis) mais Cruel Summer part dans un pseudo délire de nouveaux riches. Pourquoi ne pas avoir compté sur No I.D., qui fut un des grands artisans de My Beautiful Dark Twisted Fantasy et Watch the Throne? Pourquoi Comm’ ne pose qu’un 16? Et où sont Q-Tip et Mos Def bon sang ??? Trop vieux? C’est incompréhensible et fort regrettable.

Toutefois, on peut compter sur des invités d’exception (plus ou moins) pour nous faire avaler la pilule. Jay-Z se ballade sur « Clique« ,  Ghostface et Raekwon font leur taf sur respectivement « New God Flow » et « The Morning« , Jadakiss, 2 Chainz pas la peine d’en parler, Marsha Ambrosius et DJ Khaled qui ne sert strictement à rien sur « Cold« , le titre presque-solo de Kanye. The-Dream à l’autotune m’est indigeste sur « Higher« , mais le couplet de Mase trou le cul !!! L’ex-rappeur de Bad Boy devenu pasteur pour redevenir rappeur chez Bad Boy avant de faire copain-copain avec 50 Cent nous revient, de nulle part, comme si c’était un rappeur tout neuf !!! Incroyable ! J’en suis resté bouche bée. C’est la grosse surprise de Cruel Summer. Par contre, récupérer le buzz de Chief Keef pour faire un remix de « Don’t Like« , c’est moyen…

Je vais finir par croire que Kanye West avait trop la tête dans le cul (de Kim Kardashian) lorsqu’il a conçu cette compilation. Au bout du compte, on en revient à cette histoire de verre à moitié vide, pour faire imagé, un gobelet plastique de Château Margaux à moitié vide. Pour la question de savoir si c’est de la bonne musique, il y a sept milliards d’avis…

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Estibe dit :

    Bonne analyse, je n’ai pas tout à fait conclu dans le même sens car j’avais été enthousiasmé au bout de 2, 3 écoutes et puis par la suite le camouflet est tombé mais cependant je défends mon opinion
    http://www.estibeblog.com/2012/09/lete-retarde.html

    J'aime

  2. JooBo77 dit :

    D’accord avec toi à 90% sur ta chronique, par contre faut pas oublier le magnifique couplet de GFK sur la nouvelle version de New God Flow, c’est le seul mec de tout l’album à avoir verse de malade. Pusha T je l’ai toujours apprécié et il fait son taff. Sinon je ne vais pas faire de chronique car je déteste Kanye West donc je ne suis pas très objectif, et puis pour moi cette mode de sortir des « compils » de label ça m’énerve…

    J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.