Brother Ali « Mourning in America and Dreaming in Colors » @@@@½


Il est blanc, il est albinos, il est musulman, ancien SDF et il est américain. Brother Ali a tout d’une anomalie dans ce bas monde. Ce qui ne l’a pas empêché depuis une décennie d’être devenu l’un des rappeurs indé les plus respectés et appréciés du milieu. Il publie cette rentrée chez Rhymesayers son cinquième long-format, Mourning in American and Dreaming in Color, non pas produit par son collaborateur historique Ant (la moitié du duo Atmosphere) mais Jake One, producteur indépendant issu de la même maison qui n’a à rougir de son CV.

Lire la suite de la chronique sur Now Playing →

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.