M.E.D. « Classic » @@@@½


Définition du mot ‘classique’ dans le rap en 2011 : terme abusé et galvaudé depuis plusieurs années par bon nombre de rappeurs vaniteux en pleine promotion de leurs nouvelles sorties.
Avant que ça ne devienne un non-sens, le terme référentiel de ‘classique’ était une distinction majeure, la reconnaissance de l’immense valeur artistique d’un album par le public et les critiques. Usuellement, on dit d’un album que c’est un classique parce qu’il a marqué les esprits lors de sa sortie (à grande ou petite échelle) et cette considération, ce caractère culte durable et unanime rend cette pièce incontournable au sein d’un genre musical et même en dehors. Un classique, quel qu’il soit, a une portée culturelle et historique.
Histoire de remettre les pendules à l’heure, le rappeur M.E.D. donne sa version d’un Classic estampillé Stones Throw.
C’est loin d’être le MC que les gens citeront parmi leurs préférés mais à l’évocation de ces trois lettres, il inspire aussitôt le respect. Ce n’est pas pour rien que Madlib produise quasi exclusivement pour lui, et mutuellement que celui fasse appel à ce rappeur sur ses projets depuis Shades of Blue. Tout le monde sera alors heureux d’entendre les deux inséparables sur Classic, mais aussi Oh No, Alchemist, Georgia Ann Muldrow et Karriem Riggins. Les fins gourmets de musique hip-hop trouveront toujours des morceaux à leur goût. Les deux singles « Where I’m From » avec Aloe Blacc et le nostalgique « Classic » avec Talib Kweli plairont pour leur douceur et leur atmosphère imprégnée de Soul, les beats bruts et sauvages de « Outta Control » (avec Hodgy Beats des Odd Future) et « Get That » occasionneront des coups du lapin chez ceux qui aiment se déboîter la nuque. Puis il y a ces tracks bourrés de notes électroniques anarchiques et crasseuses typiques de Madlib (« Roll Out » feat Planet Asia & Kurupt), des samples soulful du meilleur effet (« Flyin High« , « Mystical Magical » avec Dudley Perkins et « Classic » évidemment) ou même funky (« Medical Card« ). Dans cette jungle, M.E.D. n’oublie pas qui il est et parle de la fierté de son métissage sur « Blaxican« , comme il peut dévoiler ses envies les plus primales sur « JWF » (pour ‘just wanna fuck’).
En attendant dans quelques années avant de savoir si ce très bon album sera oui ou non un classique, on sait déjà qu’il a les qualité pour se bonifier avec le temps. Son plaisir d’écoute qu’il procure est réel et invite à des écoutes répétées, c’est bon signe.

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. salut sagittarius. Je voulais savoir si tu avais l’intention de chroniquer le nouvel album de gangrene, « Vodka & Ayahuasca » ?

    J'aime

    1. Sagittarius dit :

      oui, bientôt ;)

      J'aime

  2. une dinguerie de dingue ce skeud ! Madlib est au top ! et la track de ALC &War & Love », memorable

    J'aime

  3. Hard2Tell dit :

    Ouais très bon cette album ! Y’a de très gros morceaux, comme « Blaxican » qui est une grosse tuerie ! Y’a toujours du bon et du moins bon avec Madlib je trouve mais là dans l’ensemble ça tue !

    J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.