Group Home « Gifted Unlimited Rhymes Universal » @@@½


Je n’ai jamais eu l’occasion de m’exprimer pleinement sur la mort de Keith Elam, connu rapologiquement sous le pseudonyme de Guru des Gangstarr. Très sincèrement, j’ai été très attristé par sa mort, triste mais aussi amer, déçu et en colère.

J’étais triste parce que j’avais espoir que les Gangstarr se reforment à nouveau, il avait évoqué cette infime probabilité lorsque je l’avais interviewé pour Streetblogger en Octobre 2009 pour la sortie de Lost & Found. Triste aussi parce que je croyais qu’il sortirait de son coma et se rétablirait de son arrêt cardiaque survenu en Février dernier. Mais c’est alors qu’on a appris que Guru était atteint d’un cancer, longtemps caché, et le glas a finalement sonné le 19 Avril 2010, il avait 48 ans. Une pensée pour sa famille, ses proches m’a traversé l’esprit. J’étais rempli d’amertume, car le hip-hop a mis un peu plus un pied dans la tombe avec la disparition de cette véritable légende.

J’étais terriblement déçu et étonné de la faible exposition suscitée par son décès, du peu d’intérêt des magasines qui n’ont pas daigné mettre son visage en couverture. Primo a bien eu raison d’être scandalisé. C’est manquer de respect et de reconnaissance pour l’oeuvre de cette personne, de sa contribution significative, du bilan de sa carrière au sein des Gangstarr comme en solo et ses compilations Jazzmatazz. Son flow, sa voix, ses textes, son charisme, il nous manque déjà. Pour moi, Guru c’est et ça sera toujours Gangstarr et JazzMatazz, l’un des MCs qui me vient à l’esprit en premier quand je pense Hip Hop new-yorkais.

Surtout, il y a eu de trop nombreuses zones d’ombres autour de sa mort, et les derniers moments de sa carrière à vrai dire. Moi, comme vous tous j’imagine, vouent une haine inconditionnelle envers cet être abject et manipulateur, un ‘control freak’ comme on dit aux US, ce connard de Solar. En plus d’être un producteur super nul (faut entendre comment les ¾ des prods de Lost & Found sont à chier), savoir que cet homme à l’égo surdimensionné s’est permis de mentir aux fans de Guru, manger sur son dos, empêcher sa propre famille de lui rendre visite (d’où la vidéo du neveu de Guru révélant les réelles intentions de Solar) et communiquer des mensonges qui a indigné le rap game tout entier (la fameuse lettre de Guru où il est « écrit » en gros qu’il doit tout à Solar et rien à DJ Premier), tout ça m’a rendu furieux.

Heureusement, les hommages n’ont pas manqué, au point que Group Home sorte de son silence pour dédier leur nouvel album à Guru, en lui donnant son nom: Gifted Unlimited Rhymes Universal.

Les mots de Lil Dap et Melachi qui commencent l’album permettent de se recueillir à la mémoire de Guru. Jeru The Damaja, un vieil ami des Gangstarr, rejoint le duo brooklynite sur « G.U.R.U. ». Et c’est accompagné d’une émotion certaine qu’on entend Guru sur « Pay Attention », la piste suivante, qui invite aussi Smiley The Ghetto Child. La nostalgie est palpable, une impression renforcée par le type de son et de raps qui semblent dater du milieu des années 90, les featurings aussi (MC Ace, Lord Jamar…) comme si Group Home était resté figé dans cette période vibrante, un détail qui n’échappera pas aux puristes mordus de boom-bap. « Bodega », « You Got It », « The Realness 2010 », etc… autant de beats et samples d’aspect vieillis sentant l’authenticité, posant les charpentes d’un style d’écriture et des flows d’autrefois que les deux emcees n’ont pas perdu, ou plutôt ont su conserver. Ce retour aux sources nous transporte littéralement dans l’underground de NY d’une époque révolue.

Pour marquer le coup, « The Legacy » avec Guru et DJ Premier à la prod, un des extraits phares de leur second album A Tear For the Ghetto, est replacé sur G.U.R.U. Je me contrefiche un peu de savoir s’ils ont oui ou non profité de son nom pour ce come-back, ce qui compte avant tout pour moi c’est la légitimité de ce qu’ils portent sur eux et de leur fidélité pour le pur hip-hop eastcoast.

RIP Guru.

 

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Fàtboobz. dit :

     » Je me contrefiche un peu de savoir s’ils ont oui ou non profité de son nom pour ce come-back, ce qui compte avant tout pour moi c’est la légitimité de ce qu’ils portent sur eux et de leur fidélité pour le pur hip-hop eastcoast.  »

    Totalement d’accord, cette album est vraiment bon, en plus d’être un très bel hommage, et c’est vraiment du real east coast.

    J’aime

Répondre à Fàtboobz. Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.