Jay Sean « All Or Nothing » @@½


Comme les puristes Dirty South le regrettent souvent, hormis Lil Wayne, le roster de Cash Money Records n’a plus rien à voir par rapport à il y a dix ans. Outre le faux-rockeur Kevin Rudolf et Birdman himself, on compter maintenant sur une nouvelle recrue, le chanteur Jay Sean, qui a sorti en Novembre All or Nothing. Cet album a connu un succès correct aux States, il a gagné sa place dans les airplays français et plus encore en Angleterre. Normal, cet indien d’origine est originaire du Pays de Sa Majesté. Malin ça, Cash Money jette son emprise sur le marché européen… Bref, Jay Sean en est à son troisième album et il est très célèbre en Angleterre où il a reçu de nombre de MOBO Awards (les victoires de la musiques anglo-saxons) avec My Own Way. Big Ad, qui a passé un séjour là-bas récemment, ne me contredira pas sur ce point.

Après coup, on comprend vite les raisons de son succès : le mec chante bien, sans bidouillages vocaux ou autres robotisations. Il est très pro. Pour le style, Jay Sean se complaît dans un r&b de synthèse non-soul assez… américanisé. Si je ne savais pas qu’il était anglais, j’aurai sûrement cru qu’il venait de Miami ! Il est évident que All or Nothing a pour vocation d’avoir un maximum de morceaux dans les playlists et vu sa qualité, on pourrait parier qu’on passera l’été avec lui. Remarquez, avec son single « Down » avec Lil Wayne, Jay Sean est devenu international (à prononcer avec l’accent cainri). Grâce à l’appui de son label, il peut également s’autoriser des connexions transatlantiques avec les fêtards Sean Paul et Lil Jon sur « Do You Remember ». Dommage qu’il n’en ait pas profité non plus pour se faire payer un producteur US, car chaque morceau ressemble au précédent ou encore celui d’avant et ainsi de suite… En prenant deux-trois titres au pif (« Fire », « Stuck In The Middle »…), on a écouté tout l’album. Tout de même, même si on devine que cette signature est une opportunité pour Cash Money, elle l’est également dans l’autre sens : voir que des labels américains s’intéressent aux artistes européens est une bonne chose pour nous.

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Mathieu dit :

    Jay Sean est autant un faux chanteur de R’n’B que Kevin Rudolf est un faux rockeur. Je comprends vraiment plus ce que veut dire R’n’B aujourd’hui… Rythme ‘n’ Bouze ?

    J'aime

  2. Raging Bull dit :

    Faut dire aussi que Cash Money a besoin d’un chanteur RnB dans son roster, et que TQ est à l’arrêt depuis plusieurs années. Tous ses projets sont des fours, tout le monde se fout des annonces de ses prochains skeuds, et même les chanteurs locaux miteux ne le sollicitent plus pour des featurings.

    Du coup il faut bien que Baby et la bande se raccroche à un autre produit à marketer pour vendre leur came RnB (ce qui permet en plus de continuer à rentabiliser l’incontournable Lil’Wayne).

    Enfin bref, tout ça pour dire que Jay Sean va placer 2, 3 voire 4 singles en heavy rotation sur les ondes US, et puis il va retomber dans l’oubli (en dehors de son Angleterre, effectivement).

    J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.