Styles P & DJ Green Lantern « The Green Ghost Project » @@@½


DJ Green Lantern aka The Evil Genius x Styles P aka The Ghost = The Green Ghost Project. Sur le papier, cette association à la 9th Wonder & Buckshot s’annonce bouillante. Ajoutez à cela des productions, en plus de celles de Green Lantern, de Scram Jones, Vinny Idol, Buckwhild, Alchemist et Statik Selektah, et vous avez entre les oreilles un produit new-yorkais hautement inflammable. Encore plus street et toujours fidèle à son block du Yonkers (D), le MC des Lox revient à la place qui lui a toujours convenu, et de ce fait, il suit le chemin inverse des rappeurs qui aspirent à aller de l’underground vers le mainstream. Ce street-album officiel sera-t-il son meilleur album ?

Il est vrai que les précédents albums de Styles P, en particulier le dernier et très moyen Super Gangster (Extraordinary Gentleman) (lire la chronique), n’ont pas trouvé le bon équilibre pour concilier les sonorités mainstreams vendeuses et crédibilité avec des instrus plus hip-hop. En dehors du circuit industriel, ses mixtapes étaient malheureusement dans l’ensemble de facture médiocre. Il fallait renverser la vapeur. En collaborant avec un pro du mix, réputé dans le marché des mixtapes et qui plus est producteur à ses heures, et en laissant derrière lui la fame des épisodes Bad Boy et Ruff Ryders, les Swizz Beatz et compagnie, Styles se rachète une conduite et trouve enfin chaussure à son pied avec des productions en béton armé : « Double Trouble » feat Sheek Louch, « Callin’ Me » feat Tre Williams, « Pablo Doe » avec un Noreaga en super forme et Uncle Murda, « Make Millions From Entertainment » ainsi que le monstre « Bang Time » feat M.O.P. (présent également sur The Foundation). Ça en fait déjà cinq de tueries, puis il y a quelques morceaux plus cool et soulful (« That’s Me » feat S.I., et « Pretty Little Thing » feat June Summers). Comme vous le constatez, Styles P a gardé beaucoup de connexions dans le milieu, avec Jadakiss évidemment (« Invasion » avec le rastaman Junior Reid) et Raekwon (« Time Will Tell »), toujours disponible pour lâcher un couplet. Si je peux me permettre d’émettre un reproche, Rae est trop présent en featuring dans le rap game actuellement et du coup ses apparitions perdent en exclusivité. Mais bon, c’est Raekwon, c’est un poids lourd très constant dans ses perfs.

En plus de pouvoir pleinement exprimer son flow musclé et les nombreuses qualités de sa plume (à en juger sur « Real Ghostly », « Time Will Tell » et « Born in the Streets »), Styles P est devenu un meilleur MC depuis qu’il fréquente moins la clique Ruff Ryders et qu’il apporte plus de conscience dans ses textes sans se laisser porter par les émotions. Mieux que ça, il fait désormais partie des acteurs incontournables de la ‘reconstruction’ du rap Eastcoast au même titre que Raekwon, Talib Kweli et consorts. Bien qu’intègre, The Green Ghost Project n’est pas exempt de reproches, la faute à des choix d’instru hasardeux, comme « Legal Money » ou le single un poil pop « Send A Kite » qui fait perdre 10% de street-rap à l’album.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s