Tech N9ne « K.O.D. » @@@@½


Tech N9ne est indéniablement un des MCs les plus sous-estimé de notre génération. Inconnu du grand public, ce rappeur excentrique originaire du Kansas possédant l’un des flows les plus rapides de l’univers a pourtant une discographie incroyablement fournie, au point de dépasser la barre du million de disques vendus en indépendant avec Killer (lire la chronique).

Il évolue constamment d’album en album, jusqu’à son treizième (!) sorti sur sa structure Strange Music Records, ce dernier se nomme K.O.D (qui signifie ‘king of darkness’) et s’est déjà vendu à plus de 30 000 exemplaires à sa sortie aux US. Pour une fois, je préconise de faire confiance aux chiffres, car dans le cas de Tech N9ne, ils témoignent réellement de l’ampleur de ce monstre inarrêtable.

En développant son propre monde rapologique, Tech N9ne a instauré ses coutumes et préceptes qu’il met en pratique une fois de plus pour cet album : une partition en parties (ici Anger, Madness et The Hole) et une empreinte sonore à part en conservant son pool de producteurs (Matic Lee, Seven, YoungFyre,…). Tech N9ne c’est un style à part et unique en son genre, prenant à contre-pied l’ordre établi et ennuyeux du rap game.

Prenez rien que la première track, le banger « Show Me A God », est destinée à sa génitrice. Un gros coup de pied au cul. L’enchaînement qui suit est mené tambour battant à coup de tambours qui bourrinnent les tympans et des tempos sans temps morts (« Demons », « Strange Music Box », « Check Yo Temperature », « B-Boy » avec Bumpy Knuckles aka Freddie Foxx et « Hunterish » avec son protégé Krizz Kaliko). L’auditeur est comme happé par l’atmosphère baroque, sombre et un brin glauque que Tim Burton saurait apprécier s’il était fan de Hip Hop. Un aspect horrorcore appuyé par la présence d’acteurs de ce courant obscurantiste dans le rap comme Brotha Lynch Hung et les Three 6 Mafia.

La seconde moitié de K.O.D. tempère les humeurs avec de la trunk muzik (« In the Trunk », « It Was An Accident »), du blues de routard (« Shadows on the Road ») et du rock bien électrique (« Low »), du vrai rock, pas la bouse de Lil Wayne hein. C’est impressionnant la versatilité de ce type hors-norme, quitte à pondre un hit sudiste en bonne et due forme avec « Leave Me Alone ». Dans la durée, son flow paraît moins rapide qu’autrefois mais c’est pour en mieux discerner toutes les subtilité de sa technique diabolique et la puissance de sa voix dans les refrains. Que tout le monde se rassure, Tech N9ne consolide sa réputation de débiteur super-sonique lorsqu’il over-booste son phrasé instantanément.

Et bordel, c’est quoi cette mélodie de piano qui revient sur chaque interlude et finalement sur « K.O.D. » ? Du Chopin ou un quelconque compositeur de classique ? Non, c’est « Gogol » du français Gonzales ! Oui, comme vous, je suis sur le derche. Original jusqu’au bout, « Martini » est un générique de fin chanté… les producteurs, producteurs éxécutifs, ingénieurs, A&R, collaborateurs… tous cités, euh chantés. Ça nous laisse circonspect.

Il n’y a pas d’autres mots plus forts que ‘énorme’ qui me viennent à l’esprit pour qualifier K.O.D. A jauger l’énergie mise en action dans cet opus, il est difficile à croire que ce sprinteur marathonien approche la quarantaine. Et sa longévité est très, mais alors très loin d’être entamée.

J’en profite pour dire merci à tous ceux qui m’ont rappelé de chroniquer ce nouveau Tech N9ne.

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Mobali dit :

    « L’enchaînement qui suit est mené tambour battant à coup de tambours qui bourrinnent les tympans et des tempos sans temps morts » Très bon beau jeu de mots, Sagi !
    Ta chronique décrit bien l’ambiance et son personnage.
    Tech N9ne, je ne le connaissais pas avant K.O.D, et quand j’ai écouté par pur hasard cet opus, je n’ai pas regretté du début à la fin. A chaque piste que j’écoutais, j’imaginais la grandeur de ce type. Tout le big travail réalisé se ressent très bien.
    Le monde est grand et rempli de plusieurs artistes talentueux. Tech en est un dans le monde du hip hop.

    Ce que construit Tech N9ne est vraiment énorme, original lourd, violent ! Est-ce étrange qu’il ne soit pas aussi populaire?!…

    Straaaaange Music !

    J'aime

  2. Lankh dit :

    L’album est violent dans tous les sens du terme. Le flow de Tech et ses instrus sont oppressants ; chaque son est un coup de massue.

    J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.