Mickey Factz « DarkPhoenix#ALPHA » [FreEP] @@@½


Pfiou je n’en finis plus de crouler sous l’abondance de ‘FreEP’ et autres albums gratuits tombés de la hotte du Papa Noël durant les fêtes. Et à chaque fois je me sens obligé de leur mettre une très bonne notation ! J’y peux rien moi, c’est pas ma faute si ces projets sont parfois meilleurs que ce qui sort dans les bacs. Sauf le Charles Hamilton haha.

Bon c’est pas le tout, la série est loin d’être terminée. Au tour de Mickey Factz. Who is it ? Sur l’une des trois pochettes du fameux numéro de Novembre 2008 de XXL spécial rookie, c’est celui qui fait un ‘kaméhaméha’ au photographe. Lui aussi est une figure émergente de la nouvelle génération de hip-hopeur dit hipster ‘qui ne font pas dans la musique hip-hop’ au sens usuel. Pour se familiariser avec son style, il suffit de tester DarkPhoenix#ALPHA, le nom de code de son FreEP.

Kid Cudi et Drake avec son EP ont ouvert une brèche dans l’électro-hop (un terme très vague qui représente toute une diversité de musiques électroniques et de hip-hop), avec un succès conséquent qui l’a considérablement agrandie. Maintenant tous les newcomers de notre génération s’y engouffrent dans ce filon très porteur, sorte d’avenir alternatif pour la culture hip-hop. Mickey Factz affiche clairement cette intention avec « Sunshine », une phase préparatoire de près de sept minutes qui nous immerge dans son univers sonore à lui. Nul besoin de s’attarder sur ses talents en matière de Mcing, il est se situe un échelon au-dessus d’un Drake ou Kid Cudi. Son flow est plus appuyé, ses textes loin d’être superficiels.

Il est aisé de déterminer quels sont ses goûts en matière de musique, il suffit de bien tendre l’oreille et reconnaître Justice sur « Amnesia » et Empire of the Sun sur « Ashes » (il me semble, je me suis fié mon instinct auditif, je n’ai pas eu le professionnalisme de vérifier). Mickey Factz a collaboré d’ailleurs avec des formations comme Peter Bjorn & John. Le bassy « Turn It Up » et « Still I Rise » font partie des mes morceaux à retenir de DarkPhoenix#ALPHA, à l’instar de « Contemplations of Kings » et « Sunset » qui terminent l’album sur des instrus sans beats, spleens et linéaires. Et amais on imagine une seule seconde que cet MC a grandi dans le Bronx.

Mickey devra faire quelques petits efforts supplémentaires pour son album à venir chez Decon car cette mixtape manque légèrement de consistance. Son flow est au point, son style également, il lui faut juste les moyens de concrétiser d’une meilleure façon ses instrumentaux. Ceci n’est qu’un prélude. Après quoi il ne manquera plus qu’à concrétiser par un album, prévu courant 2010.

> télécharger DarkPhoenix#ALPHA sur Ekiemagazine

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Remo dit :

    Pour moi aussi il a l’air d’une autre trempe que d’autres emecee aux beats hype. Avec Theophilus London on attend la confirmation.

    J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.