Tha Dogg Pound « Cali iz active » @@@½


Chronique d’un retour annoncé. En 2005, Snoop Dogg avait rassemblé les troupes californiennes lors de la Westcoast Conference dans l’intention de consolider les liens entres les rappeurs, qu’ils soient Crips ou Bloods, et revigorer une côte ouest boudée par des majors préférant miser sur le Dirty South. L’un des points positif qui a suivi cette rencontre était la re-union officielle de Daz Dillinger et Kurupt sous la houpe de Snoop, un événement majeur qui a valu une couverture dans le numéro de The Source de Juin 2005. Les deux D.P.G. se sont réconciliés sur ‘Dillinger & Young Gotti II’ à la fin de l’année 2005 histoire d’enterrer la hache de guerre définitivement, Kurupt ayant été débauché de chez Death Row. Une nouvelle synonyme d’espoir qui a abouti à cet album des Tha Dogg Pound : et oui, ils ont peu récupérer leur appellation d’origine. Et comme leur classique ‘Dogg Food’ double platine aux States, ‘Cali iz active’ (DoggyStyle Records/ Koch Records/ Barclay) est supervisé par Snoop Dogg. La saga continue.

Chronique originale écrite le 3 Aout 2006


West west y’all! « Cali iz active » (prod. Battlecat) sonne l’heure du réveil dans cette fête organisée par le chenil de Long Beach où l’on aperçoit dans le clip Xzibit, DJ Quik, Ice Cube et plein d’autres figures de proue de la Westcoast. Daz et Kurupt retrouvent leur alchimie d’antan même si leurs flows n’ont pas spécialement évolué, et cela débouche sur du pur son Westcoast avec « It’s All Hood », « Kush N Push », « Slow Your Roll », « Keep It Gangsta », « Throw Up Da C », « Face 2 Face »… Des titres pas si originaux dans la mesure où le style n’a pas évolué d’un cil depuis dix ans mais qui restent d’actualité avec une teneur 100% californienne et quelques tueries à l’appui. Après tout, on n’attendait pas mieux du Dogg Pound de faire ce qu’ils ont à faire. Le producteur éxécutif Snoop Dogg ne participe pas à tout l’album mais pose des couplets ou des refrains qui ne passent pas inaperçus, notamment sur « It’s All Hood », montrant sa facette gangsta et non celle du pimp flemmard décrié depuis quelques temps.

Daz dispensé de production, ce sont Battlecat et Soopafly qui s’illustrent le mieux à sa place grâce à des instrus calibrés tantôt magistraux (« Slow Your Roll »), tantôt donnant l’envie de s’exercer au c-walkin (« Keep It Gangsta ») et bien sûr laid-back. Parmi les autres producteurs en vogue que l’on compte sur ‘Cali iz active’, c’est Swizz Beatz qui se démarque niveau beat avec le banger « Sittin on 23z », un morceau où les DPG redéfinissent les codes de conduite en faisant fi des trop habituelles tracks qui parlent de pneus chaussés en 24 voire 26 pouces. Fatalement, le son sudiste fait irruption sur cette galette 75% Westcoast. Dans le lot, David Banner s’affirme avec le monstrueux « Faknass Hoes » qui ressemble étrangement à « Dirt Off Your Shoulders » de Jay-Z et Timbaland. Qu’on aime ou pas, impossible d’oublier « Make That Pussy Pop » feat Paul Wall (prod. Shondrae Bangladesh), la faute à une mélodie de xylophone qui colle au plafond crânien de même que les gémissements discrets et incessants. Le reste, Jazze Pha gâche la fin de l’album (« She Likes Dat »). Voilà qui donne de quoi être réticent.

Les thèmes ne surprennent pas, avec toujours cette mysogynie prononcée typiquement locale. Un thème récurrent et de ce fait ordinaire qui révèle les grosses faiblesses lyricales et instrumentales même de cet album. Nos deux activistes et demi font pâle figure sur « Hard on a Hoe », « Make That Pussy Pop » et « She Likes Dat ». Côté guests, outre Paul Wall et David Banner, on retrouve les caméos de RBX par deux fois, accompagné à chaque fois d’un Nate Dogg invisible (surtout sur « Don’t Sweat It »). Ice Cube non plus n’est pas un modèle de présence en ne sortant la seule phrase du refrain de « It’s All Hood ». En revanche, cela fait plaisir d’avoir des nouvelles de Lady of Rage sur « Keep It Gangsta ». Par contre on se demande ce que vient faire Diddy sur « Craccin All Night » en rendant la réplique à Snoop Dogg, si ce n’est symboliquement pour se montrer « côte à côte » avec les poids lourds Daz et Kurupt. Bonne track sinon.

C’est une tradition de sortir un album westcoast durant l’été et ‘Cali iz active’ ne déroge pas à ce principe. Un disque attendu et qui répond en partie à certaines attentes du duo Dillinger/Young Gotti sans pour autant remettre à jour leur formule habituelle. Pas de dépaysement, les Dogg Pound rassurent mais pas complètement à cause d’incursions sudistes, une mauvaise habitude en ce moment. Il faudra faire mieux la fois prochaine, avec des prods de Daz s’il vous plaît! Une chose est sûre en tout cas, la Westcoast vit une nouvelle aube grâce à ce second souffle venant d’une génération vieillissante qui a eu son heure de gloire au milieu des années 90.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s