N*E*R*D « In Search Of… » @@@@½


Pour beaucoup, The Neptunes ont débuté à la fin des années 90 avec le premier album de Kelis (‘Kaleidoscope‘) et quelques tubes rap novateurs pour NORE (« SuperThug« ), Jay-Z (« I Just Wanna Love U« ), Ol’ Dirty Bastard (« Got Ur Money« ), Mystikal et j’en passe… Mais Pharrell Williams et Chad Hugo étaient là depuis très longtemps !

À la fin des années 80, Pharrell était encore un jeune étudiant de la Princess Ann High School à Virginia Beach, lorsqu’il rencontra Chad, issu aussi de cette bourgade de la côte Atlantique américaine. Chacun faisait jouait des instruments (de musique comme électroniques) dans son coin et leur passion commune pour certains artistes ont scellé leur complémentarité réversible. A quelques pâtés de maison de leur institut scolaire se trouvait Future’s Studio, le studio de Teddy Riley, le créateur du New Jack Swing : le style incontournable de l’époque instauré par son groupe Guy et produit « Dangerous » pour Micheal Jackson. Celui-ci les remarqua dans un talent show et leur propose de participer à la production de « Rump Shaker« , le gros tube des Wreckx’N Effects au début des nineties, et au tout premier album du groupe Blackstreet sur le morceau « Tonite’s The Night« . La suite, on la connaît plus ou moins bien.

Avec Shay Haley, nos deux neptuniens skaters de Virgina Beach forment le groupe N*E*R*D, sigle signifiant Nobody Ever Really Dies. Il faut savoir aussi que ‘nerd’ est un terme couramment utilisé aux US pour qualifier un gamin avec une tête de premier de sa classe ou marginal, un peu space, rêveur et plutôt cultivé (à ne pas confondre avec ‘geek’ qui correspond plus aux informaticiens et gamers). ‘In Search Of‘ marque une étape importante de l’emprise des Neptunes dans le monde de la musique à travers ce groupe qui fait office de spin-off plus qu’un side-project, après avoir imposé leur style dans le monde du rap et du r&b, et même au-délà. C’était aussi l’album culte qui a accompagné mes années fac et pour lequel j’éprouve un profond attachement.

Totalement expérimental, ‘In Search Of‘ est un pur trip de vieux adolescents un peu paumés, stéréotypés et lubriques. Sur ce disque sorti en 2000, les productions des Neptunes sont assez variées bien que leurs caisses claires et mélodies synthétiques soient tout à fait omniprésentes. Que voulez-vous, c’était leur marque de fabrique en ce temps-là.  Mais rien qu’avec quelques notes répétées et des beats bien programmés, c’est dingue les 1001 possibilités d’instrumentaux qu’ils pouvaient offrir. Une remarque bonne à savoir : Pharrell et Chad sont de véritables musiciens multi-instrumentistes, pas que machines organiques qui utilisant toutes de sortes machines incroyables. Chad joue de la guitare, Pharrell a une formation de batteur et joue de piano… Alors pas de raisons de se priver de quelques ballades à la guitare (« Provider » qui raconte l’histoire d’un dealer) ou d’autres mélodies qui nous attirent comme des aimants comme ce « Run to the Sun« , l’histoire d’une irrépressible envie d’évasion (à deux si possible). Pharrell et Shay s’occuppent principalement du rap/chant (surtout Pharrell pour le chant avec sa voix malléable) et des paroles, pas très élaborées mais très métaphoriques. Les guests Star Trak (leur label) viennent apporter leur contribution: les Clipse (« Am I High?« ) et Kelis (le synthé-rock nerveux « Truth Or Dare« ).

Nos hitmakers se sont d’abord fait remarquer avec des tubes tels que le tonitruant « Lap Dance » (avec son clip NSFW) et « Rock Star« . Les influences punk-rock pour ados sont mises en évidences sur ces singles complètement décalées mais qui traitent de sujets plus ou moins sérieux : « Lap Dance » parle de la corruption dans les sphères politiques et de la manière dont les politiciens aguichent les gens avec de séduisants discours, « Rock Star » se moque des gens se croyant célèbres en les taxant de ‘poseurs’. Reste que le thème principal de In Search Of tourne autour des délires de teenagers mal dans leur peau et qui découvrent la vie de manière bizarroïde. Les trois jeunes hommes draguent ouvertement côté recto sur « Baby Doll« , et côté verso « Brain« , ce qu’il y a à l’intérieur de la personne et c’est drôlement étrange. Ils vont plus loin sur « Tape You » où les hormones les poussent à faire une sextape étudiante. Toutes les bonnes choses ont une fin et c’est la superbe chanson « Bobby James » qui en sera la conclusion. Pas si heureuse car il est question de ce garçon renfermé sur lui-même et bousculé par ses pairs à l’école, et dans lequel on peut se reconnaître.

La question maintenant est de savoir ce qu’il y a de hip-hop là dedans. Pour être honnête, pas grand chose, mais il faut ouvrir les deux oreilles pour apprécier pleinement leur musique. Pourtant les N*E*R*D n’ont pas eu de mal à se faire apprécier du milieu rap et alternatif. Le trio est même allé plus loin dans leur démarche en passant l’anti-chambre du hip-hop alternatif acoustique avec seconde version intégralement upgradée et dynamitée par de vrais instruments avec l’aide des Spymob pour un résultat méchamment rock (un @@@@@ pour cette version alternative). ‘In Search Of‘ était à sa sortie une curiosité, un album de ‘nerd’. Aujourd’hui, ces deux versions sont cultes au point que les posséder toutes n’a rien d’une folie de collectionneur.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s