Memphis Bleek « 534 » @@@½


4e album de Memphis Bleek, 2e signature du label Roc A Fella en 1997, après Jay-Z et 1er disque de l’ère new ROC maintenant propriétaire de Def Jam, avec toujours Jay-Z alias Président Carter à sa tête.

C’est une toute nouvelle histoire qui commence désormais cette année 2005. Memphis Bleek, premier protégé du Roc A Fella, se retrouve premier artiste du label depuis que Jay-Z s’occupe des affaires de Def Jam. C’est un nouveau challenge qui s’ouvre à lui avec ‘534’ et c’est tout à son honneur de satisfaire son mentor. On se souvient encore de « Hands It Down » sur ‘Vol.2: Hard Knock Life’ de Jigga, où Bleek ouvrait l’album sur cette chanson produite par DJ Premier. Pour boucler la boucle, c’est symboliquement que Jay-Z rappe en solo sur « Dear Summer » (prod. Just Blaze), une ode touchante avant de passer le flambeau à Memphis qui enchaîne avec « Like That », le premier single. Même si le schéma de l’instrumental du hitmaker express Swizz Beatz reste des plus basique, l’ensemble reste efficace à souhait, énergique et festif.

Beaucoup de gens se demandaient la signification de ‘534’, il s’agit tout simplement de l’area code de son quartier de Marcy à Brooklyn. C’est comme 213 pour Long Beach. « 534 » (prod. Just Blaze), c’est aussi le titre qui démarre l’album et montre un Memphis Bleek toujours aussi hargneux et plus affamé que jamais. Dommage pourtant que les morceaux un peu love coupent le rythme (« Infatuated » et « The One » avec cette belle inconnue qu’était Rihanna). Les M.O.P., qui ont quitté le ROC il y a peu de temps, reviennent donner du punch sur « The One, The Last, The Only » et Chad Hamilton apporte une touche old school pour un freestyle organisé avec Livin’ Proof sur « Get Low ». Bleek s’est en tout cas amélioré au niveau de son flow : plus fluide, donc moins découpé et plus rapide sur certaines parties. Côté lyrics… on dénoncera un manque de profondeur et peu de rimes interessantes. Les amateurs du ROC se consoleront alors avec deux productions soulfuls signées 9th Wonder (mais où est passé ‘Yes’?) et « Straight Path » (prod. Just Blaze) qui conclut cet opus.

Malgré sa fougue de jeune premier, tout comme à ses débuts sur « Coming Of Ages » sur le classique ‘Reasonable Doubt’ de Jay-Z, Memphis Bleek reste éternel second. ‘534’ est un bon disque mais le petit scarabée a encore beaucoup beaucoup de travail à faire pour remplir sa tâche de premier homme du ROC.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s