Masta Killa « No Said Date » @@@@½


Masta Killa est le dernier membre du Wu-Tang à avoir sorti son premier album, c’est pour ça que No Said Date (Nature Sounds) ce quelque chose de particulier par rapport aux autres membres du groupe. C’était un réel événement sur la planète Wu. Après onze ans de carrière rapologique et quatre albums avec le Wu-Tang Clan, voici enfin (!) donc le premier album solo de Masta Killa. Ce n’était pas trop tôt…

Justement, après tout ce temps de latence, il était légitime pour les auditeurs d’espérer un très bon album. Masta Killa est doué et sa place au sein du groupe de Staten Island n’a rien de facultative : il est armé d’un bon flow et de bons textes, même si ce n’est sûrement pas le meilleur rappeur de la formation, ce n’est pas celui que l’on remarque en premier sur scène ou au micro. C’est l’un des plus calmes de la bande. La patte du Wu-Tang Clan est déjà présente sur la pochette avec le « M » stylé ancré sur de l’acier à froid et ensanglanté. Niveau featurings et productions aussi, tout se fait en interne puisque seuls tous les membres du crew sont présents sur l’album : Inspectah Deck, Ghostface, ODB, Method Man,… et RZA et ses disciples True Master, Mathematics mais aussi Dave West (De La Soul) aux manettes ! On se sent déjà en excellente confiance, aucun écart de trajectoire. Le pur fan du Wu ne devrait pas hésiter à se procurer cet album, rien qu’en décortiquant le boîtier du CD. Et il a bien raison…

Dès les premières secondes d’écoute, c’est la confirmation : on retrouve dès l’intro les extraits sonores des premiers albums du Wu Tang, que l’on retrouve en plus sur certains interludes. Les instrumentaux sont variés et typiques aussi du groupe mythique, en plus d’être modernes, ce qui ne déplaira pas du tout aux néophytes. Jusque-là tout le monde trouvera son compte. Le phrasé de Masta Killa nous tient constamment en alerte dans un calme apparent, les rimes sont débitées à un bon rythme même si le tout manque un peu de formules meurtrières. Cela dit, globalement, le soin apporté à cet opus est flagrant : très peu de défauts et encore moins de déchets, nul besoin d’analyser de fond en comble. Au pire peut-être une chanson en dessous du lot, c’est selon les goûts de chacun. Pour ne citer que les grosses tueries, on retiendra « Digi Warfare« , « Queens« , « Secret Rivals« , l’éponyme « Masta Killa » en guise de conclusion, « Love Spell« , « Silverbacks« … Ce n’est certainement pas le genre d’album qui va tourner seulement un mois durant dans une chaîne hi-fi avant de tomber dans les oubliettes, mais dont on se souviendra positivement dix ans plus tard.

En clair, Masta Killa tient toutes ses promesses : un excellent album dont on a même pas envie de s’attarder sur les petites imperfections, définitivement collé au son unique du Wu-Tang Clan en faisant fi du commercial et ne répétant pas les erreurs de ses collègues. Si certains diront que ce LP est court, autant rappeler que quelques grands classiques rap le sont aussi. Mais ce titre n’est pas tout à fait atteint. En attendant Masta Killa a fait de ce premier opus une remarquable réussite. Les chambres sont enfin complètes.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s