Danger Doom « The Mouse and the Mask » @@@@½


Dangerdoom, c’est la rencontre entre deux bonshommes : d’un côté le génial DJ producteur Danger Mouse (‘The Grey Album’ de Jay-Z sur des instrumentaux des Beatles) et le MC/producteur au masque de métal, moitié de KMD, l’ultraprolifique MF Doom (‘Madvillainy’, ‘MM Food‘, la série ‘Special Herbs’…). Ces deux personnalités, reconnues et très appréciées dans l’underground Hip Hop et par la presse privilégiant l’expérimental, se sont rencontrées sur le second album des Gorillaz (‘Demon Days’ co-produit par Danger Mouse inutile de le rappeler) sur le morceau « November Has Come ». Cela tombe bien parce que ce mois de Novembre 2005 est arrivé avec ‘The Mouse & The Mask’ dans les bacs !

Note : Danger Mouse est depuis devenu encore plus génial et Doom moins prolifique. Chronique écrite en 2005 repostée en 2012 et revue en 2016.

D’une durée de quarante minutes seulement (zut…), cet album rafraîchissant et distrayant fait rimer modernité avec simplicité et technicité. Si on veut jouer avec les métaphores, imaginez simplement une toile dont Danger Mouse esquisse les angles et les courbes, laissant MF Doom colorier à coups de rimes abstraites, par des allitérations et assonances sur un flow souvent off-beat comme à son habitude. Il est clair que son style très particulier n’a pas vraiment évolué, surtout lorsqu’on sort en moyenne deux albums par an. C’est d’ailleurs la seule critique que l’on peut témoigner de ce projet.

Les instrumentaux piochent dans des boucles jazzys loufoques ou  cartoonesques (par le biais d’extraits de la série Adult Swim Aqua Teen Hunger Force) encore toutes grésillantes par moments, ce qui rend ce disque chouette, trippant et fantaisiste parfois mélancolique (« Basket Case ») ou enchanteur (« Perfect Air »). Le crooner Cee-Lo vient chanter le refrain de « Benzie Box », laissant planer l’auditeur sur la vague de ligne de basse électronique, tandis que Talib Kweli et Ghostface viennent se faire plaisir sur respectivement « Old School » (le titre justifie bien l’atmosphère du morceau) et « The Mask ». Ceci n’est pas sans rappeler que MF Doom préparait justement un album en commun avec le membre du Wu-Tang depuis… dix ans. Ce qui nous mène de fil en aiguille à « Mince Meat » avec son instrumental asiatique histoire de faire le lien avec le shaolin style, ou à l’inverse « Vats Of Urine » avec son sample de saxophone. Comme dit précédemment, MF Doom reste égal à lui-même, ses jeux de mots et de sonorités palliant un phrasé parfois trop monocorde.

Inutile de dire que cette galette est un must pour les fans de Metal Face Doom. Dangerdoom est un pur concentré de Hip Hop extra-terrestre complètement délire. ‘The Mouse & The Mask‘ est disponible également en édition limitée avec une pochette spéciale et livret/poster (CD ou vinyle).

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s