Cee-Lo Green « and His Perfect Imperfections » @@@@½


Lorsque le membre influent des Goodie Mob se lance en solo, personne ne pouvait imaginer à quoi s’attendre. Cette année 2002, notre électron libre Cee-Lo Green s’émancipe du noyau de la Dungeon Family, et là, toutes les lois de la musique quantique et de la relativité allaient être redéfinies pour mieux expandre l’univers sans limite au-delà de son microcosme spirituel et créatif. Car si le Hip Hop descend généalogiquement de la Soul Music et s’est developpé à travers le monde et le temps de façon exponentielle, il est des individus autodidactes comme Cee-Lo qui la font évoluer au gré de leurs influences et de leurs envies, créant la lumière dans la paume de leur main.

Chronique originale écrite pour Rap2K.com Mai 2006.


‘Cee-Lo Green and his Perfect Imperfection’ est le parfait exemple de la création d’un univers libre. Meilleur chanteur que rappeur grâce à sa voix unique, poète autant que lyriciste, notre ATLien swingue sur des uptempos imprégnés de gospel, soul, jazz, de blues, de rock et plein d’autres genres encore (« Country Love »). La liberté artistique de Cee-Lo est totale, il produit lui-même ses morceaux ou avec l’assistance de Gaelle Addison et Eric Stamile. Les chansons sont animées par un mysticisme inhabituel qui capture notre esprit, comme si nous étions aspirés dans un vortex voodoo nous téléportant dans la ‘musique de l’âme’ de Cee-Lo (« Spend The Time In Your Mind », « Bass Head Jazz »,…). L’artiste semble dominer l’eau, le feu, la terre et le vent (« Microhard ») avec une imagination incroyable et grâce à son énergie créatrice qui semble lier des molécules d’instruments de musique de façon naturelle.

La matière qui constitue cet album possède quelquechose à la fois de divin et primitif, dans le sens pulsions instinctives, sur quelques portions : « Closet Freak » et « El Dorado Sunshine (Super Chicken) ». Toujours est-il que les parfaites imperfections de Cee-Lo ne débouchent pas sur une expérience ratée, c’est bien tout le contraire, on l’adore pour ses qualités, mais on l’aime surtout pour ses défauts. Avec cet album, Cee-Lo Green s’est hissé au niveau extra-terrestre des Outkast.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s