2Pac « Me Against the World » @@@@½


Bon bon bon… ce qui va suivre, vous connaissez l’histoire mais je vais quand même la ressasser encore, une fois de plus n’est jamais trop. 2Pac a deux albums à son actif, 2Pacalypse Now et Strictly For My N.I.G.G.A.Z, et sa cote de popularité sur la côte ouest ne cesse de grimper en flèche. Inutile de rappeller que Tupac Shakur est un poète rappeur plutôt beau gosse, charismatique à souhait, parfois sulfureux, capable de toucher l’auditeur grâce à sa rage de vivre, sa profonde sincérité et son engagement politique. Bon ça, c’est déjà dit, rien de vraiment nouveau… En cette année 1994, il est le plus sérieux représentant de Westcoast et le contexte médiatique autour de ses frasques amplifie le phénomène mais surtout le buzz autour de son album en cours. Une vie de thug, c’est plein de rebondissements.

Faut-il encore que je rappelle que Me Against The World est sorti dans les bacs en Mars 1995 alors que le rappeur purgeait une peine de prison. Le premier single « Dear Mama » a malgré tout produit son effet, une lettre ouverte dédiée à son ex-Black Panther de mère Afeni Shakur dans laquelle le rappeur criait son amour pour elle (sur un sample de The Spinners « Sadie« ), propulsant l’album aux sommets des charts pendant plusieurs semaines. Le single du même titre que l’œuvre a eu un impact tout aussi important : beat lourd et groovy, notes de synthés en vogue, un refrain chanté et 2Pac seul contre l’adversité. D’ailleurs pour l’époque, ce qui fait l’originalité de cet album c’est justement l’apport de chansons plus douces (style « Can You Get Away« ), destinées à la gente féminine. Pac était en quelque sorte un précurseur de cet hybride rap/r&b, en parallèle avec un certain Notorious BIG (qu’il imite par un « it’s Brooklyn in da house »), avec qui d’ailleurs il partage ici le même producteur Easy Mo Bee (« Temptations« , « If I Die 2Nite« ). Ce qui explique pourquoi ce troisième album sonne peu ‘G-Funk’ mais parfois eastcoast ou bien « Old School« .  On vous a pas dit que Tupac a passé son enfance à New York ?

Les fans vous rappelleront sans cesses que Me Against The World contient des gros hits de Shakur et que cet album est l’un des meilleurs de sa carrière, de son vivant plus précisément. Sinon essayer de vous mettre d’accord, il y aura toujours débat sur le sujet. Quoiqu’il en soit, « Heavy In The Game » démontre avec égo que Pac était conscient d’avoir l’âme d’un chef de file. A contrario, il est capable de susciter l’émotion avec des chansons comme « So Many Tears« . Seul contre tous, « Fuck The World« . Enfin, c’est un  peufaux de penser qu’il était vraiment seul. Unique en son genre oui mais il avait toujours son crew des Outlawz avec lui pour l’épauler jusqu’à la mort (et même après).

Et quand 2Pac peint un tableau ghetto sur « Death Around In The Corner« , l’ironie du sort voudra qu’un certain Suge Knight, patron du label à la chaise électrique lui paye sa caution en échange de sa signature sur son label. Voilà l’histoire. C’est du entendu et re-entendu, autant que l’album même. La triple certification de platine atteste du potentiel commercial de Me Against The World, un potentiel affectif aussi puisque l’album est arrivé à un tournant dans la vie du rappeur.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.